Lettres: De nouvelles allégeances

Il est difficile de rester insensible aux commentaires concernant les votes en faveur des tiers partis. Qualifiés de protestataires par les uns ou d'idiots par les autres, ces votes sont plutôt une manifestation de nouvelles allégeances dont il faudra tenir compte dans les années à venir.

Québec solidaire, par exemple, malgré les critiques formulées contre la «gau-gauche», offrait une palette de propositions dont les teintes et les nuances — féministe, altermondialiste et écologiste — ont relevé le ton de la campagne et ajouté de la couleur à un paysage politique plutôt «drabe». J'omets volontairement la notion de souveraineté car elle reste à définir et ne devrait servir qu'en cas d'ultime recours pour compléter le tableau.

Pour plusieurs d'entre nous, les trois partis principaux donnaient dans les tons de gris: gris pâle, gris foncé ou gris tout court. Comme autant de portraits ornant les couloirs des grands hôtels ou les halls de grandes entreprises, leurs programmes se confondaient. Pour plusieurs d'entre nous, le discours dominant des lucides ne passe tout simplement pas, et il faut substituer à l'économie les convictions et les valeurs qui fondent les grands partis et caractérisent les grandes oeuvres. Pour plusieurs d'entre nous, accusés de traîtrise, voire de stupidité, QS est devenu et demeurera, malgré le conformisme ambiant, une pièce maîtresse dans un Québec de vulgaires imitations.

À voir en vidéo