Lettres: Évacuons la question nationale de l'élection

J'ai bien peur que, comme le démontrera l'élection qui vient d'être lancée, personne ne soit intéressé par la souveraineté ou même la question nationale. Il serait donc plus approprié que le Parti québécois laisse la question de côté et se concentre sur les vraies priorités, celles qui préoccupent réellement la population. Tous les partis pourront ainsi économiser leurs ressources et mener un vrai débat sur nos politiques publiques et non passer 80 % du temps à se chamailler comme des bambins.

De toute manière, c'est un débat qui va bien plus loin que nos partis politiques. Il nous faut mener une réflexion systématique, rationnelle et surtout paisible. Le modèle à suivre, après l'élection, serait de créer un organisme neutre, et qui sait fédéral-provincial, sous l'égide d'une charte s'inspirant directement de la déclaration du regroupement Québec-Plus Démocratie.

Il s'agit là d'un remède bien plus efficace à toute la question nationale. Cette approche repose sur un esprit rassembleur et des principes d'ouverture sur le monde de la société québécoise.

La question nationale du Québec, bien qu'importante, n'est pas d'une urgence absolue. Il faut simplement enclencher un dialogue à un rythme plus équilibré, sur plusieurs années. Il faut trouver des tactiques intelligentes pour intéresser les populations du Québec et du Canada à une éventuelle discussion sur les options. Il faut tout simplement que les gens se réapproprient le débat, comme cela s'est fait après 1968 avec la fondation du PQ, sous le leadership de René Lévesque, comme solution aux tourments et faux pas des années 60 sur toute la question.

À voir en vidéo