Lettres: Attention à l'adrénaline électorale...

Grisé par l'adrénaline électorale, le premier ministre Charest appelle les Québécois à le réélire pour un second mandat. À moins que nous ne souffrions d'amnésie collective, le bilan de ce gouvernement ne justifie pas une réélection. Après trois années de gaffes à répétition suivies de pas en arrière, d'augmentations tarifaires tous azimuts, de promesses majeures non tenues, de morosité, ce gouvernement a distribué des milliards au cours des derniers mois pour faire oublier un mandat bien terne, sans vision ni projet mobilisateur.

Bien que Jean Charest paraisse à son summum lors des rendez-vous électoraux, le Québec n'a pas besoin d'un sprinter, mais d'un coureur de fond qui fait des performances pendant quatre ans avec des objectifs qui vont bien au-delà d'un échéancier électoral.

À voir en vidéo