Lettres: Une pratique indigne

Je suis indépendantiste depuis que je suis en âge de voter. À ce jour, personne n'a énoncé d'argument susceptible de me faire changer d'idée, et surtout pas Stéphane Dion. Je n'ai donc ni admiration ni sympathie pour le personnage. Je dois pourtant le féliciter pour son refus d'engager le combat avec les conservateurs sur le terrain de la publicité négative en marge de la campagne électorale. Cette initiative conservatrice est absolument détestable.

Alors que Stephen Harper tente de nous faire oublier le peu de cas qu'il fait de l'environnement, voilà qu'il se met sans vergogne à polluer les ondes. Imaginons un instant que tous les partis se lancent dans de semblables mufleries. À quelle dégénérescence du débat démocratique assisterions-nous? Comble du cynisme, ces annonces grossières seront retirées pendant la campagne électorale québécoise, une fois que le méfait aura bel et bien été commis. Je n'ai pas voté pour ce gouvernement mais j'en ai quand même honte.

Une suggestion: la meilleure façon d'empêcher cette pratique indigne serait de comptabiliser comme dépense électorale toute publicité faite par des partis politiques, en tout temps, sans augmenter le plafond admissible, bien sûr. En attendant, il faudra démontrer aux conservateurs, à l'occasion du scrutin fédéral qu'ils nous préparent, que la goujaterie ne paie pas. Congédions ces pignoufs!

À voir en vidéo