Lettres: Un sale coup aux Montréalais

Quelle déception que d'entendre et de lire le p.-d.g. de Tourisme Montréal, Charles Lapointe. Je ne crois pas que ce soit la bonne tribune pour dénoncer l'état de la propreté à Montréal.

M. Lapointe a le devoir de faire la promotion de Montréal et d'attirer les gens de l'international. Avec de tels propos, il a carrément repoussé les investissements étrangers. J'ai l'impression que la Ville de Montréal est plus propre qu'avant et que de grands efforts ont été faits. La propreté n'est pas qu'une affaire d'élus, elle est aussi notre responsabilité. M. Lapointe devrait se garder une petite gêne au lieu de critiquer et de mordre la main qui le nourrit et par conséquent faire fuir les investisseurs et les touristes. Est-ce que le p.-d.g. de Nike irait dénoncer sa propre entreprise sur la place publique? Est-ce que le p.-d.g. de McDonald's a déjà mentionné que sa nourriture était infecte?

Non. M. Lapointe devrait tenter de trouver des solutions et les soumettre derrière les portes closes aux autorités. Ce n'est pas la Ville qui est sale, c'est Charles Lapointe qui a joué un sale tour à Montréal.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.