Lettres: Les accommodements pour le dieu économique

On n'arrête pas de parler des grandes difficultés vécues par des travailleurs en sursis ou qui perdent carrément leur emploi. Il y a eu récemment plusieurs fermetures d'entreprises. Pourtant, on nous dit que l'économie va bien et même que la rémunération moyenne est en hausse. Mais quiconque sait comment se calcule une moyenne comprendra qu'une augmentation du revenu moyen peut être due à une augmentation plus que généreuse du revenu d'un seul p.-d.g. d'entreprise, celle-ci côtoyant des pertes de revenus, moins spectaculaires certes, mais touchant des milliers de travailleurs. On objectera que ce n'est qu'une hypothèse, que rien ne dit que la réalité est telle.

J'aurais préféré que l'on nous parle de revenu médian (revenu sous lequel on retrouve 50 % des individus et au-dessus duquel se retrouve l'autre groupe de 50 % ). Il aurait sûrement été un indicateur plus réaliste. Cette statistique sur le revenu moyen me semble assez proche de celle qui dit que l'économie va bien alors qu'une grande proportion des gens, bien qu'ils soient au travail, le sont avec des conditions et des salaires de moins en moins attrayants, comme si l'économie était une entité désincarnée n'ayant plus vraiment de liens avec ceux que, pourtant, elle devrait servir. À quand la laïcité face au dieu économique?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.