Lettres: Hérouxville: les seuls lapidés sont les membres de notre communauté

Que dire de cette petite municipalité du nom de Hérouxville, lasse de sombrer dans l'oubli, elle promulgua un code de conduite pour les immigrants qu'elle n'a jamais reçus et qu'elle ne recevra probablement jamais: interdiction d'exciser les femmes, interdiction du voile et, le pire, interdiction de lapider les femmes!

Je viens du Maroc. Depuis un demi-siècle que je suis conscient du monde qui m'entoure, je n'ai jamais vu une femme s'y faire exciser ni lapider. Et depuis 15 ans que je suis au Canada, je n'ai jamais vu non plus aucune femme se faire jeter des pierres. Donc à qui profite cette levée de boucliers contre notre communauté?

Faut-il rappeler que tout ce débat sur les accommodements raisonnables fut déclenché quand une minorité juive avait demandé au YMCA d'installer des rideaux pour que l'on ne voie pas des femmes légèrement habillées faire du sport? Comment se fait-il alors que c'est notre communauté qui reçoive le tir le plus nourri après cet incident? Canalisation experte des émotions? Par qui et dans quel but?

Pour le moment, la seule lapidation, à ma connaissance qui se fait ici au Canada publiquement, c'est celle de notre communauté. On nous jette des propos haineux. On nous jette des moqueries. On nous lance des propos diffamatoires... Cela fait autant sinon plus mal que des coups de pierre.

Est-ce ça, les valeurs démocratiques, la liberté et la tolérance pour laquelle nous avions expatrié nos enfants? Je ne souhaite pas à ceux et celles qui sont en train de nous lapider toute la souffrance qui nous déchire le coeur en ces temps difficiles.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.