Lettres: Il y a 50 ans, l'Alliance laurentienne

Le 25 janvier 2007 marquait le 50e anniversaire de la fondation du premier mouvement indépendantiste contemporain, l'Alliance laurentienne, par le théoricien de l'indépendance nationale Raymond Barbeau, décédé le 5 mars 1992.

Les indépendantistes d'aujourd'hui, bénéficiaires de l'oeuvre bénéfique de prise de conscience nationale de ce mouvement, n'ont-ils pas de ce fait un devoir de souvenance et de reconnaissance envers ce premier chef indépendantiste qui fonda son mouvement salvateur à un moment crucial de notre histoire? Mouvement qui amorça la marche ascendante et irréversible de notre peuple vers l'indépendance nationale! Alors que le nationalisme était à l'époque fortement battu en brèche et que c'était l'abandon national. Il endigua, contrecarra la doctrine assimilatrice, le génocide en douce, l'intégration lucide que prônaient ouvertement et sans honte les pleutres Maurice Lamontagne et ses adeptes. N'eût été ce jeune visionnaire de 26 ans, qui fut la cause du réveil nationaliste, cette ferveur inattendue et déterminante de fierté retrouvée, probablement qu'il n'y aurait pas eu de Rassemblement pour l'indépendance nationale, de Ralliement national, et encore moins de Mouvement Souveraineté-Association. A fortiori, il n'y aurait pas de Parti québécois. Et Charles de Gaulle n'aurait pu, dès lors, s'écrier «Vive le Québec libre!»...

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.