cache information close 

Lettres: L'insensibilité de l'Église

Mgr Pierre Gaudette prétend que le sort réservé aux orphelins de Duplessis s'inscrivait dans une culture qui avait cours à l'époque et dans laquelle ne baignait pas seulement l'Église, mais la société tout entière. Quelle honte pour l'Église!

Le monseigneur en question veut nous faire croire que battre les orphelins et en abuser sexuellement faisaient alors partie de la culture. La culture a le dos large, monseigneur. Vous vous rangez du côté de la juge qui prétendait que c'était dans la culture des Haïtiens de violer les femmes. Belle culture! Alors là, si c'est dans la culture, y a rien à dire. Est-ce que l'Évangile était dans la culture à cette époque? Probablement que non.

Cette culture a été créée de toutes pièces par l'Église elle-même qui considérait que les enfants illégitimes étaient des enfants du mal et du démon et qu'il fallait les traiter avec sévérité pour les redresser. Ce genre de mentalité ouvrait la porte à tous les excès et l'Église en est entièrement responsable. C'est une lâcheté que de refuser de s'excuser.

Et puis il faut reconnaître que la société québécoise d'alors était entièrement sous l'influence de l'Église. C'est facile pour l'Église de rejeter le blâme sur la société qui a tellement le dos large.

Mais le pire, c'est que l'Église nous a prêché de confesser nos fautes et en détails pour être pardonnés par Dieu, alors qu'elle refuse de confesser ses propres péchés envers les orphelins de Duplessis.

L'Église du Québec refuse même de suivre l'exemple de Jean-Paul II qui a demandé pardon pour tous les crimes de l'Église à travers les siècles. C'est d'un orgueil sans nom!