Lettres: Grâce au Canada ou malgré lui?

Si notre vision de l'avenir est une question d'opinion, celle du passé, par contre, doit résister à l'épreuve des faits. À cet égard, je ne peux laisser passer sans réagir cette déclaration de Stephen Harper, que j'ai entendue à la radio le 19 décembre, selon laquelle, je cite de mémoire, «la nation québécoise existe toujours grâce à son appartenance au Canada». Il faut ne pas avoir étudié l'histoire (ou l'avoir apprise à Toronto) pour affirmer pareille énormité.

Entre la bataille épique des premiers députés francophones pour obtenir le seul droit de s'exprimer en français à la Chambre des communes et l'impitoyable opposition des fédéralistes au moment de l'adoption de la loi 101, opposition qui fut suivie par des subvention de millions de dollars à Alliance Québec pour la combattre, l'histoire regorge d'épisodes qui démontrent plutôt que c'est malgré son appartenance au Canada que la nation québécoise est devenue ce qu'elle est.