Lettres: Stop, les décibels!

L'hiver, les motoneiges pétaradantes et polluantes comme 100 voitures chacune, l'été, les motomarines assommantes, les quads tapageurs, les motocyclettes désespérantes, de même, qu'en ville, des radios d'automobiles poussées à plein volume ou des voitures équipées de silencieux modifiés de manière à faire un tapage incroyable de 90 décibels et plus. Ce qui nous tue.

La musique diffusée dans nombre de commerces, dans les cinémas et d'autres places publiques est en outre beaucoup trop forte. L'ouïe des Québécois est en danger. Les nuisances sonores se généralisent. Au point qu'il devient difficile de trouver un endroit où le silence existe encore.

Les experts estiment que le bruit ambiant double tous les 10 ans! C'est inquiétant pour l'avenir. Nous lançons un appel à toutes les personnes qui partagent ces préoccupations. Nous avons formé le Regroupement québécois contre le bruit (http://www.rqcb.ca).

Il faut dire non à la culture du vacarme et du moteur!

Patrick Leclerc

Raymond-D. Julien

Montréal, 15 décembre 2006

L'auteur de cette lettre est membres-fondateurs du tout nouveau Regroupement québécois contre le bruit (RQCB), qui a pour mission centrale de lutter contre la pollution sonore du Québec et pour objectif premier d'améliorer notre qualité de vie.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.