Lettres: Une évidence

Lettre à mes amis québécois

Ainsi, les politiciens se bousculent pour reconnaître la nation québécoise. Je suis contente pour vous, mes amis Canadiens français de souche, quoiqu'il me semble qu'on énonce une évidence... Plusieurs tentent d'expliquer que tous les habitants du Québec forment «la nation québécoise». Qu'en est-il des Amérindiens, des Canadiens anglais, des immigrés? Je suis préoccupée par l'étroitesse du sens qu'on s'apprête à donner à cette reconnaissance de la réalité québécoise.

Immigrée au Québec il y a 37 ans, j'ai étudié ensuite trois ans aux États-Unis, pour revenir au Québec et adhérer à votre société, ce pont entre l'Europe et l'Amérique du Nord. Je l'aime, cette société surtout francophone, mais aussi multiethnique, qui rallie une joie de vivre plus authentique qu'en France à une rigueur intellectuelle plus grande qu'aux États-Unis et qui possède une ouverture d'esprit supérieure à bien d'autres communautés. Même si j'ai choisi de vivre au Québec, je ne prétendrais jamais faire partie de «la nation québécoise». Si je partage votre langue, ainsi que votre culture et vos préoccupations actuelles, il m'est impossible de partager votre histoire et vos racines.

Ce que je veux toutefois partager avec vous, c'est cette société libre et sans l'ombre d'un doute distincte de toutes les sociétés existantes.

***

Jana Havrankova, Le 27 novembre 2006