Lettres: Stade Molson : des précisions

L'article intitulé «L'opposition s'organise afin d'obtenir la tenue d'un référendum» paru le 16 novembre 2006 dans Le Devoir indique que l'Université McGill n'a pu confirmer que des spectacles rock et d'autres événements à caractère non sportif n'auraient pas lieu au stade Percival-Molson.

En fait, des règlements municipaux restreignent déjà l'utilisation du stade relativement à la tenue de spectacles rock et d'événements à caractère non sportif. D'autre part, le site n'est pas approprié pour de telles activités, qui endommageraient la surface de jeu et qui entraîneraient de profondes perturbations pour notre hôpital situé à proximité du stade, de même que pour les membres de la communauté qui nous entoure.

Durant la période hivernale, le stade est fermé quatre ou cinq mois. Le reste de l'année, l'Université McGill y a recours pour la tenue d'événements sportifs et de camps d'été. Chaque année, la Ville de Montréal utilise le stade pour une vingtaine d'événements sportifs, et les Alouettes y jouent environ neuf ou dix parties annuelles. Ces données ont été présentées lors d'audiences publiques l'été dernier. Dans une lettre qu'elle a récemment fait parvenir à la Ville de Montréal, l'Université McGill réitérait son engagement à limiter l'utilisation du stade Percival-Molson aux activités qui s'y tiennent régulièrement.

***

Morty Yalovsky, Vice-principal (administration et finances), Université McGill, Montréal, le 17 novembre 2006

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.