Libe-Opinion: École FACE : merci au directeur

Le 1er novembre 2006, Nick Primiano remettait sa démission (forcée?) en tant que directeur de l'école FACE. Cela faisait 30 années qu'il était parmi nous. Les raisons de sa démission, ainsi que l'enquête qui l'y a conduit, restent un mystère. Il en restera toujours ainsi, semble-t-il.

Nous n'avons pas l'intention de nous attarder à cette histoire si ce n'est pour dénoncer (ironiquement?) le manque de transparence dont a fait preuve la Commission scolaire de Montréal (CSDM) dans ce dossier et déplorer vivement la manière dont elle l'a «humainement» géré. Nous avons eu le sentiment flou que la CSDM préférait privilégier une logique comptable aux dépens (et avec un «je-m'en-foutisme»?) des principaux intéressés: nous les enfants et les adolescents de FACE.

Nous avons eu également le sentiment fâcheux qu'on cherchait à régler des comptes avec un homme qui avait toujours poursuivi, tant bien que mal, des objectifs louables. (Si la CSDM n'est pas d'accord, qu'elle nous réponde. On en a assez qu'on nous targue d'être des personnes responsables à notre âge, puis qu'on nous traite en bébés quand ça fait l'affaire des grands.) Nous nous sommes sentis lésés.

C'est pourquoi, aujourd'hui, de notre côté, les principaux intéressés souhaitent s'exprimer et dire à monsieur Primiano pourquoi il fera toujours partie de notre portrait de famille.

Pas des numéros

À FACE, nous ne sommes pas des numéros. Cependant, avec notre projet éducatif axé sur les arts, tout le monde y va de son numéro, étapes par étapes.

Considérez que FACE regroupe un secteur francophone et anglophone, ainsi que les ordres primaire et secondaire pour chaque secteur, additionnez-y concerts ou présentations théâtrales et multimédias, notamment, puis multipliez le tout (pas de calculatrice, surtout), ça donne en moyenne 40 représentations... auxquelles monsieur Primiano s'est fait un devoir d'assister, année après année.

Merci. Merci pour votre soutien indéfectible. Vous serez peut-être surpris d'apprendre que, conscients de votre horaire chargé et de votre vie en dehors de FACE, nous étions toujours étonnés de vous voir aux premières loges, sourire béat. Comme si c'était là votre premier concert ou votre première pièce. Ou encore, laissez-moi vous dire que lorsque vous accueilliez, le matin, élèves et professeurs, sourire aux lèvres, ça sentait la bonne humeur du sous-sol au 4e étage.

À FACE, nous formons une communauté. Certes, le mode de vie de notre école ne convient pas à tout le monde (il faut être alternativement convaincu et responsable), mais il reste qu'on n'a pas besoin d'être riche ou super doué en musique pour en faire partie.

On nous a dit qu'il s'écrivait des rapports sérieux sur ce que doit être une communauté éducative. On ne les a pas lus. On s'en fout. À FACE, l'école appartient à ceux qui la font; à nous, aux enseignants... Grâce à vous, on s'y sentait chez nous (remarquez l'imparfait). Les Zexperts appellent ça le sentiment d'appartenance. Et ils s'entendent pour dire que c'est important.

Vous étiez toujours à la maison... heu... à l'école, Monsieur Primiano. Vous y étiez dès l'aube, depuis toujours, tissant, tant bien que mal, notre cocon; on l'avait remarqué.

Une dernière fois, merci.

***

Chloé T. Simard, Élève de 4e secondaire à FACE, Montréal