Lettres: Comment faire avancer le CHUM?

Avec un think tank. Le CHUM n'avancera jamais si l'on s'en tient seulement aux consultants et à quelques consultations ponctuelles des citoyens. Car, chaque fois, les divers rapports disparaissent, et on en revient à la case départ, et ce, depuis des années.

Un think tank assumerait des fonctions qui pourraient faire avancer le dossier de façon durable. Tout d'abord, de la recherche sur tous les aspects incertains du projet, y compris financiers. Deuxièmement, la publication régulière des solutions envisagées. Et troisièmement, la consultation-concertation continue des gens impliqués dans le dossier. Il se crée ainsi une banque de connaissances et une familiarité collective avec le projet.

On pourrait finalement conscientiser suffisamment le public, les professionnels et les constructeurs pour en arriver à une image claire du projet et à un consensus précis sur l'action à entreprendre.

À titre d'exemple, la ville de Nashville aux États-Unis a créé un think tank en santé, le Conseil de la santé de Nashville, qui propose avec succès depuis quelques années, des solutions sur tous les projets de développement et d'implantations de technologies nouvelles en santé.

Le CHUM est un projet de longue haleine qui, dans le contexte, demande une opération soutenue de réflexion publique et de conscientisation. Autrement, le CHUM risque de ne pas être construit avant des décennies!

***

Michel Magnant, Ph.D.

Directeur exécutif

Montréal Stratégique

Montréal, le 6 novembre 2006

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.