Lettres: La Ville de Montréal doit intervenir énergiquement!

La Ville de Montréal a récemment décidé d'intervenir pour régler la situation dramatique vécue par les locataires de Place de l'Acadie, dans le quartier Bordeaux-Cartierville: des rats, pas d'eau, pas de chauffage, alouette!

Il n'était pas trop tôt. La Ville va donc investir pour réaliser les travaux de réparation et facturera le propriétaire. Si ce dernier ne rembourse pas, ses immeubles seront saisis. Cela est excellent. Bien mieux, certainement, que de laisser la situation moisir au point qu'il faille évacuer et barricader, comme ce fut le cas de deux immeubles du quartier Côte-des-Neiges, l'un sur la rue Goyer, l'autre — transformé en condos depuis! — sur la rue Plamondon, ou encore celui de la rue de Bullion, dans le Plateau, qui sera à tout le moins transformé en logements sociaux.

Cependant, ce type d'intervention ne devrait pas être si rarissime. Dans tous les quartiers de la Ville, des immeubles ne sont pas entretenus. Il est fréquent que les locataires doivent attendre des mois avant que les inspecteurs municipaux ne se résignent à émettre avis d'infraction et amendes. Il est fréquent que ces amendes restent lettre morte pendant des années. De telles situations sont inadmissibles, et elles le sont encore plus dans le contexte actuel de pénurie de logements. De tels propriétaires, dont la négligence condamne les locataires à des conditions de vie épouvantables, ne devraient pas être propriétaires! La Ville doit intervenir énergiquement et systématiquement face à ces propriétaires récalcitrants: faire réparer, facturer, saisir le cas échéant... et alors transformer en logement social.

Alors que la grande Ville et les arrondissements avec elle en sont à préparer le budget 2003, il est impératif que des provisions suffisantes soient prévues afin d'assurer un nombre adéquat d'inspecteurs municipaux et des réserves pour procéder aux travaux nécessaires lorsque cela s'impose.