Lettres: Imaginons la force d'un pays

Imaginons un instant que le Québec soit un pays. Le ministre de l'Environnement se rend à Nairobi et dit haut et fort que le Québec appuie le protocole de Kyoto, qu'il s'efforcera de l'appliquer et que tous les Québécois sont fiers de faire leur bout de chemin pour aider l'environnement de cette planète.

Maintenant, revenons à la réalité: la ministre de l'Environnement du gouvernement conservateur du Canada se rend à Nairobi pour dire au monde entier que le Canada ne croit pas vraiment en Kyoto et préfère faire cavalier seul en proposant un plan vert incompréhensible. Le ministre de l'Environnement du Québec, quant à lui, passe son temps à se disputer et à quémander quelques secondes pour pouvoir parler de sa propre voix.

Pourtant, c'est si simple: dire la position du Québec sur l'environnement au reste du monde entier, c'est possible. Nous n'avons qu'à dire OUI. Mais plutôt, nous allons nous satisfaire de faire des discours de corridor. Et peut-être qu'un jour le gouvernement du Canada nous accordera une petite place.

***

Marie-Andrée Nadeau, Québec, le 10 novembre 2006

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.