Lettres: L'unique cadeau des conservateurs au Québec

Le seul et unique vrai cadeau que Stephen Harper ait fait aux Québécois à ce jour, c'est d'avoir fini par admettre le «déséquilibre fiscal», mis au jour et en évidence par l'équipe de Bernard Landry, et maintenant au coeur de ses promesses à Jean Charest.

Seront-ils capables de le corriger pour de bon? Cela reste à voir, et permettez-moi d'en douter, sauf qu'en attendant, il faudra bien admettre que, si nos experts économistes de la Commission Séguin (et de nombreux autres experts) ont raison, le Québec s'est fait avoir pour 50 millions de dollars par semaine depuis presque 10 ans. Pour ceux qui savent compter, tout cela commence à faire pas mal de foin. Cela implique que plus de 25 milliards de nos taxes québécoises ont été collectés par Ottawa et dépensés à sa guise, pour des sous-marins anglais défectueux, pour sa guerre atroce en Afghanistan, pour les maudites commandites, pour Option Canada ou pour des intrusions souvent illégales dans des champs de responsabilités constitutionnelles strictement québécoises.

Deux conclusions évidentes sautent alors aux yeux. D'abord, il devient beaucoup plus facile de comprendre pourquoi les Québécois seraient les plus taxés d'Amérique du Nord. Ensuite, ne cherchons plus où étaient les dollars qui nous ont manqué terriblement depuis 10 ans, pour l'éducation, pour la santé, pour l'entretien des routes et pour les autres responsabilités provinciales.

Pourquoi alors, autant de Québécois continuent-ils de se fendre en quatre, pour se convaincre et convaincre leurs électeurs et le reste du Canada, que notre propre Parlement et notre gouvernement n'auraient pas tout autant de compétence que ceux d'Ottawa pour bien administrer l'entièreté des revenus fiscaux québécois. [...]

***

André Marceau, Québec, le 7 novembre 2006

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.