Lettres: Pour le registre

La semaine dernière, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Stockwell Day, a dit à un comité parlementaire qu'il ne savait pas combien d'argent serait économisé si son gouvernement réussissait à abolir le registre des armes longues.

Voici un petit calcul: puisque le budget d'exploitation annuel de l'enregistrement de toutes les armes à feu s'est maintenant stabilisé à 14,6 millions et qu'environ 20 % du travail d'enregistrement est attribué aux fusils et carabines, selon le sous-commissaire des services nationaux de police, on parle d'économies de moins de 3 millions.

Grâce au registre, 16 000 personnes potentiellement dangereuses se sont vu refuser un permis de possession ou confisquer des armes en leur possession. Combien de tragédies ont été empêchées à cause de cela, et combien cela vaut-il pour notre société de maintenir cette mesure de prévention?

***

Heidi Rathjen, Montréal, le 8 novembre 2006

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.