Lettres: La pleureuse de la semaine

Je commence à en avoir assez de ces hommes d'affaires (et de certains politiciens) qui, rendus à un certain âge, ne se gênent plus pour afficher leur nature colérique et étaler le fruit de leur réflexion de manière théâtrale.

Le pire dans tout ça est que, alors qu'on s'attendrait, étant donné l'âge qu'ils ont et leur expérience, à ce qu'ils fassent preuve d'une certaine sagesse, leurs idées paraissent plutôt unidimensionnelles et très peu profondes. J'aimerais remercier Michel Venne pour avoir si bien dénoncé dans vos pages la sortie publique de la pleureuse de la semaine, c'est-à-dire André Caillé. J'espère que ça en amènera certains à réfléchir un peu avant de se donner en spectacle devant des médias complices.

Jean-Sébastien Bouchard
Sainte-Foy, le 6 novembre 2006