Lettres: Une société riche de ses aînés

À n'en pas douter, notre société est riche de ses aînés. Ils ont 75 ans et plus, ceux qui sont avancés en âge. Ils sont de plus en plus nombreux parmi nous. Plusieurs sont encore alertes de corps et d'esprit. Même ceux qui sont quelque peu diminués physiquement ou mentalement goûtent aux joies que la vie leur offre encore. Ils savent apprécier les petits plaisirs quotidiens.

Les aînés sont notre mémoire, bien sûr. Toutefois, il ne faut surtout pas l'oublier, nous leur devons notre présent. Pendant de nombreuses années, ils ont apporté leur contribution là où la vie les avait plantés. Ils ont fleuri puis donné des fruits en abondance. Maintenant, les aînés sont présents à leurs enfants, leurs petits-enfants, leurs arrière-petits-enfants. Certains d'entre eux rendent aussi bien des services ici et là.

Nos aînés sont des citoyens à part entière. Ils paient des taxes et contribuent à notre démocratie en exerçant fidèlement leur droit de vote. Ils sont des créateurs d'emplois. Eux aussi, à leur manière, font tourner la roue de notre économie. S'ils venaient à disparaître subitement et totalement de notre planète, nous aurions de sérieux problèmes. Le 1er octobre, ce sera la Journée internationale des aînés. C'est une occasion de nous rappeler ce que sont nos aînés et ce que nous leur devons. Cependant, c'est à longueur d'année que les aînés ont droit à notre reconnaissance, à notre affection, à notre considération et à notre soutien.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.