Non responsable et sans pouvoir

Il est étonnant de lire dans vos pages les propos d'Yves Michaud, qui parle de «valeurs d'égalité, de solidarité, de justice sociale et de fraternité humaine».

M. Michaud n'a peut-être pas conscience que son propre gouvernement n'a pas su se renouveler ni faire de place à la génération montante, qui boude maintenant une organisation qu'il défend comme seuls les péquistes savent le faire...

Il ne se rappelle peut-être pas que son gouvernement a aussi tenté de décentraliser les pouvoirs au bénéfice des régions. Or l'état lamentable des régions aujourd'hui prouve que «nos» deux paliers de gouvernement ont échoué de façon monumentale. Des directives administratives maintiennent les régions du Québec dans le cercle vicieux du sous-développement, et ce n'est que maintenant qu'on se rend compte qu'il y a un déséquilibre économique et démocratique envers ces mêmes régions, qui ont pourtant massivement appuyé le Parti québécois depuis plus de 30 ans.

Aujourd'hui, les princes du parti prennent en otages les souverainistes en les forçant à voter pour le PQ, seul et unique défenseur de la souveraineté. Une fois les élections passées, les péquistes sauront culpabiliser les coupables qui n'auront pas voté pour eux en les accusant d'être des traîtres face au projet de souveraineté.

Moi aussi, comme simple citoyen, je m'inquiète de cette théologie de la consommation même si nous sommes condamnés à espérer. Je sais par ailleurs qu'entre les militants de la base et la haute direction de tous les partis, il y a le favoritisme politique et les retours d'ascenseur, les intérêts particuliers des groupes de pression, la fabrication de politiciens de carrière ou millionnaires par des firmes de communication qui ne se préoccupent que d'image et de message et, enfin, l'indifférence et l'incompétence de nombreux élus que, malheureusement, nous méritons.

Et le simple citoyen n'est rien. Non responsable et sans pouvoir.