Lettres: Le pont de l'autoroute 25

Le directeur de la région de Laval-Mille-Îles de Transports Québec m'a envoyé un courriel-réponse expliquant que le projet de pont de l'autoroute 25 favorisera le développement économique de l'est de l'agglomération, la qualité de vie des résidants et la mobilité durable. Pourtant, les environnementalistes souhaitent voir diminuer le nombre de véhicules entrant à Montréal. Cette offre routière ne peut que l'accroître.

Ce projet de partenariat public-privé aura aussi eu l'effet pervers d'empêcher la réalisation de la ligne de train de banlieue Mascouche-Montréal. Elle aurait été nécessaire, en plus de celle entre Repentigny et Montréal. Devant des pressions qui ont pu se manifester pour éviter une compétition (sic) nuisible à la rentabilité du pont (sic) pour le partenaire privé, le gouvernement a pris soin de remplacer la présidente de l'Agence métropolitaine de transport, qui favorisait deux lignes de train de banlieue. Les arguments des promoteurs du pont peuvent alors devenir fallacieux.