Lettres: Une thèse incomplète

La gouverneure générale exprime l'opinion selon laquelle les Québécois rejettent le Canada anglais au détriment de l'unité nationale. Sa thèse n'est pas fausse mais incomplète. Les Québécois sont devenus «multiculturalistes», c'est-à-dire qu'ils ont absorbé la propagande que nous sert la doctrine fédérale, canadienne et péquiste depuis le trudeauisme. L'élite intellectuelle et politique anglo-canadienne épouse elle aussi cette vision tordue. Dans cette pensée «moderniste», toutes les valeurs, toutes les cultures, toutes les civilisations sont équivalentes. On n'a pas à les juger. L'humanisme est neutre entre la culture du Mozambique et la culture américaine.

Ainsi, dans la guerre de l'été dernier, la sympathie allait plus au Hezbollah qu'à Israël parce que cette organisation terroriste n'est qu'une façon comme une autre, et tout aussi valide, d'exprimer la culture des gens de là-bas. En Afghanistan, la sympathie va aussi aux terroristes, appelés «résistants» dans le langage des bien-pensants.

Dans mon quartier de la banlieue de Québec, où la plupart des gens sont incapables de faire une phrase en anglais, la salle du centre de loisir se remplit régulièrement d'une foule avide d'apprendre l'espagnol. On ne peut exclure l'hypothèse que ce rejet implicite de l'anglais, langue universelle, qui se traduit en antiaméricanisme, découle aussi de la tradition nationaliste. Les Québécois rationalisent ainsi la négation du danger, de la peur minoritaire historique que fait peser inéluctablement la culture anglo-saxonne ambiante sur la «survie» du Canada français.

Ça nous rassure de prétendre que le monde moderne n'est pas plus anglo-saxon qu'espagnol ou chinois, que la culture québécoise peut se comparer à l'américaine, qu'elle lui est en fait supérieure.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.