Lettres: Arar 1, Pauline Julien 0

Maher Arar a été victime de profilage racial: avec ses allures de Proche-Oriental, ne pouvait-on pas en effet le soupçonner de faire partie d'un réseau terroriste? En conséquence, il a perdu ses droits et a été traité de la manière que l'on sait. Heureusement, l'État canadien vient de reconnaître son erreur. Chapeau!

À leur époque, Pauline Julien, Gaston Miron — et tant d'autres — ont été victimes de profilage politique: avec leurs chansons et leurs poèmes, ne pouvait-on pas en effet les soupçonner d'accointances terroristes? Ils perdirent donc leurs droits et furent traités comme on le sait: fouilles, prison, humiliation... Cela s'est passé il y a plus de 30 ans, mais l'État canadien n'a toujours pas reconnu son erreur. Pourquoi?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.