Lettres: Le registre : un choix entre diverses options

Ces jours-ci, nous entendons des députés de l'opposition à la Chambre des communes clamer haut et fort que le gouvernement canadien devrait maintenir pleinement le registre des armes à feu parce que celui-ci va permettre de sauver au moins une vie. Un tel discours fait davantage de sens dans un environnement où il y a très peu de contraintes budgétaires.

Malheureusement, ce n'est pas le cas, comme en font foi les files d'attente dans nos hôpitaux et les nombreux problèmes qui affligent notre société.

La question que nos élus doivent se poser est de savoir si l'argent dépensé chaque année pour le maintien du registre des armes à feu (25 millions, 50 millions ou plus) est l'option qui sauve le plus de vies comparativement à d'autres options qui consisteraient à investir ce même argent dans le système de santé, dans l'aide aux femmes battues, dans l'aide aux jeunes en difficulté ou même dans d'autres programmes pour contrôler l'usage des armes à feu.

En passant, il serait utile que le gouvernement fédéral informe tous les membres de la Chambre des communes et le public de l'ensemble des coûts annuels d'exploitation liés au maintien du registre et de son logiciel ainsi qu'à son utilisation par les divers services de police.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.