Lettres: Manque de conscience

«Et ces nouveaux dieux, ne reculant devant rien, étaient prêts à tout pour arriver à leurs fins. Pour s'enrichir encore, ils ont rasé la terre, pollué l'air ambiant et tari les rivières... » - Plus rien, Les Cowboys Fringants

Voilà, on pourrait croire que Les Cowboys Fringants se sont inspirés de notre gouvernement pour écrire cette chanson tellement elle est d'actualité. Il n'y a que 3 ou 4 % de nos forêts qui sont protégées au Québec, ce qu'on appelle parcs nationaux ou aires protégées. Et voilà qu'une fois de plus, notre gouvernement nous démontre qu'il n'a pas l'intention d'en protéger plus et, pire encore, il va directement piger dans ces aires protégées pour assouvir sa soif d'argent.

Il est presque impossible de croire que des hauts dirigeants puissent être aussi peu conscientisés à propos des problèmes liés à l'environnement.

Il y a une question que je me pose souvent: les gens qui prennent ces décisions ont-ils des enfants? Si oui, pourquoi ne veulent-ils pas assurer leur avenir? [...] Ne soyons pas aveugles: sans les forêts et la nature, nous ne sommes plus rien. Y a-t-il moyen de les faire allumer? Espérons, parce que la fin de la chanson Plus rien n'est pas très belle. Allez, ne les lâchez pas et dites à votre gouvernement que l'environnement est devenu une question primordiale pour l'avenir de l'humanité.

Prenez aussi le temps de conscientiser vos enfants à l'environnement parce que ce sont eux qui prendront la relève.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.