Lettres: Banals nids-de-poule

Lettre à Gérald Tremblay

Hier soir, je roulais à bicyclette rue Sauvé quand la roue de mon vélo est passée dans un nid-de-poule géant. Je suis tombée et l'autobus qui passait en trombe à côté de moi m'a ratée de quelques centimètres. Je sais, c'est banal comme histoire. Mais je suis malgré tout scandalisée de l'état avancé de délabrement dans lequel sont nos rues. Car des nids-de-poule, il y en a des milliers. J'ai l'impression qu'on se fout de nous, à l'hôtel de ville.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.