Lettres: Une loi mal partie...

Bientôt, une nouvelle loi interdira toute relation sexuelle entre un adolescent consentant de 14 à 16 ans et une personne adulte. Une exemption sera toutefois accordée pour les jeunes adultes dont la différence d'âge est de moins de six ans d'avec leur partenaire intime. L'interdiction d'avoir des relations sexuelles restant en vigueur pour adulte et moins de 14 ans, seront donc permis les rapports entre 14 et 19 ou 15 et 20.

Une loi si mal ficelée ne tardera pas à voir des adultes en pleine maturité, mis en accusation, invoquer la Charte des droits. N'y a-t-il pas une clause qui y défend toute discrimination en fonction de l'âge? Je vois déjà les futurs prédateurs sexuels sans sortir innocents sous les hauts cris. Il m'apparaît évident qu'il faut réformer au plus tôt cette loi et ne point accorder d'exception. Signifier qu'un adulte, c'est 18 ans, quitte ensuite à la cour à démontrer une certaine clémence pour les véritables histoires d'amour...

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.