Les règles du jeu

Au lendemain de la décision du CRTC de retirer la licence aux propriétaires de la station de radio CHOI-FM, on avait peu entendu nos politiciens. Or, depuis la manifestation de jeudi dernier, voilà que les élus de Québec, y compris le premier ministre, trouvent tous un petit quelque chose de bien à cette station prisée des amateurs de hard rock et de radio-poubelle. Le maire Jean-Paul L'Allier a raison de parler de «récupération politique».

La question se pose: puisque des élections partielles auront lieu bientôt dans Vanier, le comté de l'ex-ministre Marc Bellemare où habitent une frange non négligeable d'auditeurs de CHOI, cela n'explique-t-il pas les sorties publiques des politiciens de la région de Québec depuis le début de la semaine?

À Ottawa, la ministre du Patrimoine, Liza Frulla, attend une opinion juridique de ses conseillers lui indiquant la marche à suivre. Heureusement que les élections fédérales sont passées: les pressions seront moins fortes pour inciter le cabinet Martin à renverser la décision du CRTC.

Ce qui ne veut pas dire que le conseil des ministres ne doit pas se pencher sur la question, comme la loi l'y autorise. Après tout, les propriétaires de la station et leur clientèle sont en droit d'utiliser tous les recours à leur disposition, y compris la filière politique. Mais ils doivent comprendre, ces propriétaires, qu'un tel recours devant le conseil des ministres est autorisé par la même loi qu'ils ont enfreinte sans scrupule depuis des années. C'est le non-respect des engagements pris qui vient de leur coûter leur licence, rien d'autre. Dans les circonstances, on ne voit donc pas ce qui pourrait inciter le conseil des ministres à renverser la décision du CRTC.

Le non-renouvellement de licence de CHOI ne constitue d'aucune façon une atteinte à la liberté d'expression reconnue par les chartes, mais est la conséquence d'une infractiongrave et répétée à la loi de la radiodiffusion qui oblige les stations de radio à respecter les individus et les groupes de personnes, sans discrimination. En outre, la disponibilité des fréquences d'ondes radiophoniques étant limitée, il n'est que normal que l'attribution des rares licences disponibles soit confiée à un organisme public et que chacune d'elles soit accompagnée d'engagements à respecter un mandat précis et des règles communes, connues de tous. Depuis sa création, le CRTC est souvent intervenu pour rappeler des propriétaires à l'ordre, ce que la presque totalité d'entre eux ont accepté de bonne grâce, comme il sied à tout citoyen corporatif soucieux de protéger son investissement. Certains ont demandé des modifications à leur mandat pour des motifs divers, demandes qui ont été étudiées au mérite, en conformité avec la loi et les besoins de leur région d'origine. Et s'il est une chose dont on ne peut pas accuser le CRTC, c'est de s'être montré trop pointilleux en matière de qualité du produit, ça non!

***

Comme tous les propriétaires, ceux de CHOI-FM s'étaient aussi engagés à respecter les règles et les promesses faites lors de l'obtention de leur licence. Il y a deux ans, en guise d'avertissement, le CRTC décidait de ne renouveler la licence que pour une période de 24 mois. Malheureusement, au lieu de corriger la situation, les propriétaires de CHOI ont permis qu'elle continue de se dégrader. Pourquoi cela, sinon parce qu'ils ont choisi de jouer au plus fin avec le CRTC en évaluant que le risque d'une sanction fatale était minime au regard du succès financier explosif de l'entreprise de salissage?

Ce ne sont donc pas les opinions des propriétaires de CHOI qui ont été sanctionnées par le CRTC, mais leur capacité à gérer une entreprise dans un secteur protégé, régi par une loi. En demandant une licence de radio, un investisseur accepte de se conformer à des règles simples en échange de quoi il accède à un groupe très sélect d'entrepreneurs qui tiennent entre leurs mains une petite mine d'or. En radio, la licence et les animateurs constituent l'essentiel de l'actif. Sans l'un ou l'autre de ces deux éléments, la station ne vaut plus rien. Les propriétaires de CHOI ont joué quitte ou double en ne misant que sur leur animateur. Ils ont perdu. Ce n'est pas la première fois que le manque de jugement et la mauvaise évaluation du risque viennent à bout d'investisseurs téméraires.

Quant à Jeff Filion, gageons qu'il ne lui faudra pas beaucoup de temps avant de trouver un autre micro où cracher son mépris. Preuve s'il en est que le retrait de la licence par le CRTC n'est pas un geste de censure, mais une sanction administrative exceptionnelle à l'endroit d'entrepreneurs qui n'ont pas su comprendre que pour survivre, ils avaient tout intérêt à suivre les règles d'un jeu pourtant tout ce qu'il y a de plus capitaliste. À qui la chance?

jrsansfacon@ledevoir.ca

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Stephane Dube - Abonné 29 juillet 2004 10 h 01

    Récupération...

    C'est effectivement le constat que plusieurs de mes concitoyens ont fait. C'est ce genre de discours incohérent qui discrédite la politique. Bravo à M. L'Allier d'avoir eu le courage d'affirmer son opinion lequel représente celui de plusieurs citoyens de Québec.

  • Claude Dumoulin - Inscrit 29 juillet 2004 13 h 17

    Pourquoi ces appuis soudain?

    Certains politiciens sortent de "leur trou" pour appuier choi-fm , c'est du plus pur opportunisme , suite à la manif populaire et à l'élection partielle qui approche .comment les qualifier?

  • René Pelletier - Abonné 29 juillet 2004 18 h 04

    Les règles du jeu

    Monsieur Sansfaçon,

    Je partage tout à fait le point de vue que vous exprimez en éditorial aujourd'hui.

    Pour vivre ensemble de manière vraiment civilisée, il nous faut tous respecter des règles de base comme,par exemple, celles contenues dans nos chartes des droits et libertés. Et, la liberté d'expression ne veut pas dire qu'on peut affirmer n'importe quoi de n'importe qui, de n'importe quelle façon.

    Merci de votre éclairage.

  • Martin Rouleau - Inscrit 30 juillet 2004 13 h 21

    La haine des médias

    Jamais je n'ai vu autant de haine sortir de la bouche ou de l'encre des médias. Demeurer à l'extérieur de la belle province, j'en croirais qu'il y a un monopole des médias dans cette région du globe. Mais paraîterait-il que ce n'est pas le cas. Évidemment certains médias n'ont pas un très grand rayonnement et le fait de s'associer à ce mouvement de masse médiatique leurs procurent une certaine sensation de contrôle.

    Ce que je remarque aussi est la similitude entre l'assassinat de Nick Berg en Irak par des fanatiques assoiffés de vengeance et l'assassinat de CHOI au Québec par des médias ..aussi assoiffés de vengeance. Avoué que la similitude est à s'y méprendre. On frappe quand l'autre est par terre; pas très valorisant. Vous avez tous des tribunes depuis des années; et c'est maintenant que vous vous en servé! Tout de même je sais que par le passé Jeff Fillion vous a probablement écorché, mais je ne comprends pas que vous n'ayez pas répliqué avant??

    Vous avez un tel mépris envers les auditeurs de CHOI les traitants de violents, de peu scolarisés et de moutons qui suivent leur gourou. Assoiffés de succès, vous serez les premiers à les lorgner pour augmenter vos cotes d'écoutes et vos tirages en chute libre depuis longtemps.

    Je n'en dis pas plus, je crois que mon idée est fait. Bonne réflexion.



    Martin Rouleau