Malaise au clergé

Quelle belle occasion de se taire la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a-t-elle manquée. Prétextant les failles « morales » des vaccins produits par AstraZeneca et Johnson & Johnson, la CECC a placé ses fidèles dans un dilemme amoral, les invitant à bouder ces vaccins lorsque « possible », le tout au nom de la lutte anti-avortement.

Petit rappel des faits : dans une note diffusée mardi sur son site Internet, la Conférence a remis en question l’acceptabilité « morale » de deux des quatre vaccins en circulation sur le territoire canadien. En plus d’être rétrograde, son argumentaire est échafaudé sur des faussetés : il a en effet été démontré que l’argument selon lequel les vaccins d’AstraZeneca et de Johnson Johnson « utilisent des lignées cellulaires dérivées de l’avortement dans leur développement, leur production et leurs essais cliniques » est faux.

Si des cellules d’embryons avortés dans les années 1970 ont en effet servi au développement de la technologie de création du vaccin, le vaccin lui-même ne contient pas la moindre cellule fœtale. Les « lignées cellulaires » peuvent être issues de fœtus avortés il y a des décennies, mais elles ne contiennent pas directement des cellules humaines. Voilà pour la rectification des faits.

Que dire maintenant du spectaculaire ratage dans la communication ? À 48 heures des commémorations entourant une année complète de douleurs, de souffrances, de décès et de maladies vécus par l’ensemble des Québécois et Canadiens, l’organisme abat sa morale arriérée sur une occasion grandiose de faire de la promotion du vaccin son message central. En lieu et place, elle somme les fidèles de faire le bon choix, lorsque c’est possible, en leur âme et conscience. Décodez : si le « bon » vaccin n’est pas disponible, passez votre tour ?

Au Québec, les citoyens n’ont pas le choix du vaccin qui leur sera administré. Cela n’a pas empêché le ministre de la Santé, Christian Dubé, de protester avec vigueur contre ce message à portée destructrice pour les opérations de santé publique et collective menées en ce moment autour des efforts de vaccination. « Tous les vaccins que nous administrons sont efficaces », a-t-il rappelé avec justesse. En pleine journée de commémoration des victimes de la COVID-19, l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, a lui aussi insisté jeudi sur l’importance de se faire vacciner, sans égard à la source.

Nul besoin d’être dans les officines du clergé pour deviner que cette note de service venant troubler les consciences et contrer les opérations de vaccination n’a pas rallié l’ensemble des troupes cléricales car, apparemment, certaines consciences sont plus éclairées que d’autres. Mais en haut lieu, à la CECC, l’urgence sanitaire n’a pas suffi à supplanter, dans l’échelle des priorités, le dogme anti-avortement. Belle leçon de charité !

À voir en vidéo