Les nouveaux risques du métier

Une partie de bras de fer se joue entre les syndicats majoritaires dans l’industrie de la construction, soit la FTQ-Construction et le Conseil interprovincial (International), et les entrepreneurs. Les deux syndicats, qui représentent 67 % des travailleurs, demandent au gouvernement de suspendre temporairement les chantiers en raison de la crise du coronavirus.

Évidemment, les représentants patronaux s’opposent à cette suspension. La partie syndicale estime que trop d’entrepreneurs sont réticents à revoir l’organisation du travail et à doter les chantiers des installations nécessaires afin que les règles sanitaires et d’hygiène, que recommande la Direction de la santé publique, soient respectées. Malgré les demandes répétées, les entrepreneurs se sont traîné les pieds, accusent les syndicats.

Certains chantiers ne disposent pas d’eau courante ou de dispositif pour le nettoyage des mains. Les roulottes de chantier sont souvent trop exiguës pour permettre aux travailleurs de maintenir entre eux une distance suffisante lors des repas et des pauses. Les chantiers de construction emploient 177 000 personnes à l’heure actuelle.

Vendredi, François Legault a rejeté l’idée de stopper temporairement ce moteur économique qu’il juge essentiel. Au contraire, il entend devancer des projets d’infrastructures publiques, remplaçant ainsi certains projets privés qui seraient abandonnés. Mais le premier ministre a tout de même reconnu que les doléances des syndicats étaient justifiées. Il s’est adressé aux entrepreneurs et aux employeurs de l’industrie pour qu’ils prennent toutes les précautions nécessaires afin d’empêcher la propagation du coronavirus sur les chantiers, en répondant notamment aux demandes des travailleurs quant à l’accès à l’eau et à des installations adéquates. En outre, tout travailleur malade devra impérativement rester chez lui.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité, Jean Boulet, a annoncé vendredi, avec la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail, qu’un comité, appelé CNESST — Chantiers COVID-19, réunissant tous les acteurs de l’industrie, de même que la Direction de la santé publique, se réunira deux fois par semaine.

L’heure est toutefois aux actions concrètes et immédiates. Les entrepreneurs récalcitrants, et certains travailleurs insouciants, doivent être mis au pas. Personne n’y gagnerait si les chantiers de construction devenaient des foyers de contagion de la COVID-19.

3 commentaires
  • Serge Pelletier - Abonné 21 mars 2020 05 h 50

    Pour régler une fois pour toute le problème: À QUAND UNE PROCÉDURE SIMILAIRE POUR ICI… (1)

    En France: Si la cour de sûreté de l'État a été supprimée en 1981, toutes les juridictions politiques n'ont pas disparu pour autant.

    Il en existe aujourd’hui deux : La Haute Cour et la Cour de Justice de la République.

    La Haute Cour a remplacé la Haute cour de justice qui était compétente pour juger le président de la République pour haute trahison. Elle peut désormais prononcer la destitution du président en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatibles avec l'exercice de son mandat. Elle se réunit sur proposition de l’Assemblée Nationale ou du Sénat. Elle est présidée par le président de l'Assemblée nationale ce qui marque son caractère politique. Elle statue à bulletin secret dans un délai d'un mois et sa décision prend effet immédiatement. Souvenons-nous qu’indépendamment de la saisine de la Haute cour, le président de la République ne peut, durant son mandat, être cité comme témoin ni faire l’objet d’un acte de poursuite ou d’instruction. Les délais de prescription des instances le concernant sont suspendus et la procédure ne pourrait être reprise ou engagée qu’après la cessation de ses fonctions.

    La Cour de Justice de la République est issue de la réforme constitutionnelle de 1993 dont le but était de remettre en cause l'impunité dont bénéficiaient les ministres. Elle est compétente pour apprécier la responsabilité pénale de membres du gouvernement pour les crimes et délits commis dans l'exercice de leurs fonctions (c’est-à-dire ceux ayant un rapport direct avec la conduite des affaires de l’Etat à l’exclusion des comportements concernant la vie privée ou des mandats électifs locaux).
    Sa composition et politique puisqu'elle est formée de 12 parlementaires élus à parité par l'Assemblée nationale et le Sénat et de 3 magistrats de la Cour de cassation dans l’un occupe la présidence.

    Toute personne se prétendant lésée peut porter plainte devant une commission des requêtes qui apprécient souverainement la suite à donner sans recours poss

  • Bernard LEIFFET - Abonné 21 mars 2020 07 h 57

    SVP de la solidarité en ces moments difficiles!

    Plutôt que de dresser des barrières entre les parties, les uns comme les autres se doivent un respect mutuel! Les employeurs, dont les patrons sont probablemrent bien isolés du monde, dans des bureaux confortables, avec des toilettes immaculées et de l'eau courante, ne devraient pas pouvoir forcer leurs employés à affronter l'ennemi invisible! Comme dans l'armée pour les officiers courageux, qu'ils viennent d'abord voir la situation sur les chantiers et prendre les décisions pour répondre aux normes de sécurité vis-à-vis ce virus en particulier. Comme partout ailleurs, des amendes salées les convaincraient du bien-fondé à respecter!
    Les employés et leurs syndicats ont le droit de travailler pour eux, mais aussi pour le Québec tout entier! Presque en temps de guerre, la nation ne peut survivre sans un minimum de soutien fiancier, comme celui proposé par le PM François Legault! Chacun doit s'y mettre pour rétablir la situation rapidement et non pas plonger dans l'incertitude! Les syndicats sont tout autant redevables que leurs cotisants et s'il manque de main-d'oeuvre sortons ceux qui font du sur place bien payés dans leurs petits bureaux!
    Le personnel de la Santé fait un travail dangereux pour sauver des vies, à vous tous de sauver la Nation!

    • Daphnee Geoffrion - Abonnée 22 mars 2020 10 h 37

      Excellent commentaire!