Relier transport et territoire

À quelques jours de la présentation du deuxième budget du gouvernement Legault, les attentes sont élevées en matière de lutte contre les changements climatiques. Sans un réinvestissement massif dans les transports collectifs et un sérieux coup de barre dans l’aménagement durable du territoire, les discussions sur l’atteinte des cibles de Paris resteront à l’état de futiles babillages.

En date de septembre dernier, le Rapport mensuel des opérations financières du gouvernement indiquait un surplus de 3,8 milliards de dollars au mitan de l’exercice financier en cours (ce qui inclut un versement de 1,25 milliard au Fonds des générations). C’est 19 millions de moins qu’à pareille date l’an dernier, mais la marge de manoeuvre sera au rendez-vous. L’état des finances publiques ne pourra servir d’excuse à la présentation d’un budget en demi-teintes, d’autant plus que le ministre des Finances, Eric Girard, a laissé entendre qu’il était temps de donner au Québec les moyens d’atteindre ses objectifs ambitieux en matière d’environnement.

Le premier budget de la transition énergétique passe nécessairement par un financement accru des projets de transport collectif dans les agglomérations de Montréal et de Québec. Elles regroupent près de cinq millions d’habitants (près de 60 % de la population du Québec) et elles sont affligées des principaux problèmes : congestion routière, étalement urbain, croissance du parc automobile supérieure à la croissance démographique, stagnation de la part modale du transport collectif, détérioration du bilan environnemental et perte de qualité de vie. Le tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) au Québec provient du transport routier, un secteur dont les émissions ont bondi de 50 % entre 1990 et 2017. Il n’y existe donc pas d’enjeu plus urgent que celui du transport dans les deux principales agglomérations.

  

Par où commencer ? Dans la région de Montréal, le portrait d’ensemble n’est guère inspirant. La semaine dernière, les élus ont défilé tour à tour pour faire leur « liste d’épicerie » au gouvernement Legault : un tramway dans l’axe du boulevard Taschereau, à Longueuil, le prolongement de la ligne orange jusque dans le secteur Bois-Franc, à Montréal, pour la relier au futur réseau du REM, et ainsi de suite. Le déficit chronique d’investissements sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) incite à la multiplication des projets d’impact, et non à leur mise en opposition.

« Il faut arrêter de penser au développement du transport collectif un projet à la fois. On est trop en retard pour ça », a dit la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Bien dit. Il n’y a malheureusement pas de dénominateur commun, au sein des 82 municipalités membres de la CMM, pour éviter les déchirements et les rivalités entre elles.

L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), créée en 2017, doit jouer en principe ce rôle de coordination et de priorisation des projets. L’agence est plutôt montrée du doigt par les principales sociétés de transport de la région pour sa propension à créer des entraves bureaucratiques au lieu de faire avancer les projets. À titre d’exemple, l’harmonisation des 700 titres de transport dans la région, qui devait être amorcée en juin 2018, est retardée de deux ans, voire plus. La présentation du plan stratégique, prévoyant des investissements de 50 milliards dans les dix prochaines années, prend aussi du retard.

La grogne, qualifiée de « début de rébellion » dans les médias, s’est amplifiée lorsque l’ARTM a procédé au dévoilement de la plus récente enquête Origine-Destination, en janvier dernier, sans se donner la peine d’inviter les dirigeants des quatre principales sociétés de transport. Ceux-ci ont dénoncé l’attitude « inadmissible et inexcusable » de l’ARTM, en soulignant au passage qu’elle était « symptomatique de l’ADN de l’organisation ». Le gouvernement Legault devrait y voir un signal d’alarme sur le leadership du président du conseil de l’ARTM, Pierre Shedleur.

L’élaboration des priorités budgétaires demandera au gouvernement de faire preuve de courage et de cohérence, à commencer au sein du caucus ministériel. Dans la région de Québec, on ne peut concilier dans une même phrase projet de tramway, lutte contre les changements climatiques et troisième lien. Dans la région de Montréal, on ne peut empiler les investissements dans les trains de banlieue tout en cautionnant le dézonage des terres agricoles et l’accélération de l’étalement urbain.

Parmi les conditions du succès, notons l’importance de multiplier les projets majeurs, sans quoi le surplace des dernières décennies se poursuivra. Il faudra aussi prévoir des gains à court terme pour faire reculer la part modale de l’automobile en solo : incitatifs au covoiturage, voies réservées, expansion du réseau d’autobus, etc. Enfin, le Québec est mûr pour l’adoption d’une politique nationale d’aménagement du territoire, comme le suggère l’organisme Vivre en ville. Une telle mesure permettrait de relier enfin investissements en transport collectif et aménagement durable du territoire, et de tenir cette conversation difficile sur les répercussions collectives de nos choix de vie individuels sans laquelle nos efforts seront vains.

À voir en vidéo