Salaires des patrons: ils exagèrent vraiment!

Les patrons exagèrent. C’est du moins ce qu’on peut conclure à la lecture de l’étude publiée par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), une organisation proche du mouvement syndical et communautaire du Canada anglais.

En 2018, dernière année pour laquelle des données sont disponibles, les 100 chefs d’entreprises inscrites en Bourse les mieux payés ont touché en moyenne 11,8 millions de dollars en salaires et avantages, soit 227 fois plus que les 52 061$ de salaire annuel moyen des travailleurs. Il s’agit d’une augmentation de 18 % en moyenne pour les patrons par rapport à 2017, comparativement à 2,6 % pour les salariés.

Compte tenu de l’exceptionnelle performance du marché boursier en 2019, on peut déjà déduire que la rémunération des chefs d’entreprises doit être encore plus élevée cette année. D’autant que le gouvernement Trudeau a promis, s’il était réélu, d’imposer davantage la plus-value réalisée à la vente d’actions obtenues au rabais grâce au programme d’option d’achat très en vogue chez les dirigeants.

La rémunération des patrons de grandes entreprises est généralement divisée en six parties. À titre d’exemple, le chef de la direction de BCE- Bell Canada, George Cope, a reçu, en 2018, 1,4 million en salaire, 5,1 millions en actions, 1,7 million en options à exercer plus tard, 2,8 millions en primes, 756 840$ en contribution à son régime de retraite et 168 600$ en avantages autres. Total : 12 millions.

Méritait-il un tel salaire ? BCE génère de bons rendements pour ses actionnaires, mais ce n’est certainement pas un exemple d’entreprise très bien gérée. On n’a qu’à penser à son aspect le plus visible, le service à la clientèle, qui est parmi les pires de l’industrie.


 
 

Les milieux d’affaires soutiennent que la concurrence exige de payer aussi grassement les grands patrons pour attirer les meilleurs. Pourtant, l’analyse effectuée par le CCPA démontre qu’il y a peu de concurrence entre les sociétés : en 2018, les trois quarts des 100 grands patrons les mieux payés ont été choisis parmi les membres de la direction en place. Encore plus éloquent, le candidat retenu pour occuper le poste était un salarié de la compagnie depuis 18 ans en moyenne.

On entend souvent dire que ce sont des comités indépendants de la haute direction qui proposent le plan de rémunération. C’est vrai, mais les membres du conseil qui composent ces comités proviennent généralement de la direction d’autres grandes entreprises. Entre semblables, on se comprend.

Un autre argument invoqué est celui de la performance : pourquoi lésiner sur la rémunération si cela permet de dégager des centaines de millions en profits ?

Or, là encore, les faits démontrent que l’argument de la performance n’est pas convaincant. Prenons le cas de Bombardier. Son chef de la direction, Alain Bellemare, a gagné 13,7 millions en 2018 malgré des pertes annuelles milliardaires à répétition qui ont abouti à la vente de la C-Séries à Airbus pour 1 $.

Bombardier n’est pas seule dans sa catégorie puisque, des 136 entreprises publiques ayant une capitalisation de plus de 2 milliards, 26 ont perdu de l’argent entre 2014 et 2018 sans que cela affecte tellement la rémunération de leurs dirigeants. Après tout, il faut bien les payer quand tout va pour le mieux, et ne surtout pas les perdre quand tout va mal.

Si au moins nos grandes sociétés étaient très productives. Mais non. Une étude de la firme Deloitte publiée l’an dernier qualifiait de « zombies » 16 % des firmes canadiennes inscrites en Bourse parce qu’elles ne réussissent même pas à couvrir les intérêts de leurs emprunts avec leurs profits. Quand elles survivent malgré tout grâce à leur banquier, ces sociétés détournent des ressources humaines et financières et empêchent les plus jeunes et les plus performantes de faire leur place.

Puis il y a cette autre catégorie d’entreprises qui dorment sur des centaines de millions de liquidités au lieu de les investir de façon productive, comme la Banque du Canada l’a déjà dénoncé.

La faible productivité des entreprises canadiennes explique en partie la progression anémique de la rémunération au cours des dernières années, du moins celle des simples salariés puisque les patrons ne semblent pas affectés par le phénomène.

 

Malgré ce constat inquiétant, toutes les organisations d’affaires revendiquent d’Ottawa qu’il réforme la fiscalité des entreprises en s’inspirant du voisin américain. Comme si le problème numéro un du Canada était une fiscalité trop lourde pour les entreprises et leurs dirigeants ! Regardons plutôt du côté des conseils d’administration trop complaisants à l’endroit de la haute direction au regard des progrès enregistrés dans l’économie réelle.

À voir en vidéo