Et le cheval?

Les calèches n’ont plus droit de cité à Montréal. Cette fin prévisible des activités pour des cochers réfractaires au changement ne dispense pas l’administration Plante d’un effort accru pour valoriser le cheval, partie intégrante du patrimoine vivant, dans les années à venir.

Le contentieux entre la Ville de Montréal et les exploitants de calèches ne date pas d’hier, et les cochers seraient mal venus de feindre la surprise. Dès 2016, l’ex-maire Denis Coderre a tenté de serrer la vis aux cochers en imposant un moratoire sur la circulation des calèches dans le Vieux-Montréal, en réaction à une série d’incidents laissant craindre à juste titre pour la sécurité et le bien-être des chevaux. Ce moratoire précipité n’a pas tenu plus d’une journée, la Cour supérieure donnant gain de cause aux cochers, pour ainsi dire victimes d’une expropriation déguisée esquissée à la hâte. « Si on veut changer l’industrie, il faut un électrochoc, et c’est ce que j’ai fait », avait dit M. Coderre.

Cet appel au changement des moeurs n’a pas été entendu par les cochers dans les trois dernières années. Le plus gros propriétaire de calèches à Montréal, Luc Desparois, contrôle la moitié des 24 permis. Sa réputation le précède en ce qui a trait au piètre traitement qu’il réserve aux chevaux. Selon Desparois, les problèmes se résument à l’incompréhension des élus sur la réalité des cochers et au militantisme exacerbé de groupes tels que la SPCA, qui réclamait dès 2015 l’interdiction des calèches à Montréal. C’est souvent à contrecoeur, en banalisant les allégations de mauvais traitement à l’endroit des chevaux, qu’il s’est plié aux resserrements successifs de la réglementation dans les dernières années, entre autres pour interdire la circulation des chevaux lorsque la température excède 28 °C.

L’histoire des calèches aurait sans doute connu une fin plus heureuse si ce milieu en mal d’interlocuteurs crédibles avait trouvé un porte-voix moins rétif que Luc Desparois. Sa dernière tentative pour faire reculer la Ville de Montréal a échoué lamentablement. Desparois et un groupe de propriétaires de calèches ont présenté une demande d’injonction, le 16 décembre dernier, en plaidant l’urgence de la situation, à une quinzaine de jours de l’entrée en vigueur du règlement.

La Cour supérieure a bien fait de rejeter la demande, en soulignant que l’action de dernière minute des cochers a engendré cette fausse urgence. Ils auraient pu agir avant. Le règlement interdisant les calèches est entré en vigueur en août 2018, avec un moratoire jusqu’au 31 décembre 2019 pour donner aux cochers le temps de disposer de leurs chevaux. Ce délai était plus que raisonnable.

L’administration Plante crie victoire, mais c’est trop tôt. La Cour supérieure a écarté le remède d’urgence qu’est l’injonction, mais elle entendra le fond du litige. Il est donc présomptueux d’affirmer que les tribunaux confirment « la justesse et la pertinence » du règlement, comme le prétend la mairesse, Valérie Plante.

Ce serait le comble si la Ville ne pouvait pas interdire une activité commerciale profitant à moins de 50 personnes sur son territoire. Toutefois, l’administration Plante a-t-elle traité les cochers avec les mêmes égards que les chevaux qu’elle protège si fièrement ? La Ville propose de racheter les chevaux pour 1000 $ chacun et de les confier à la SPCA qui, à son tour, leur trouvera des refuges avec la participation de l’Association québécoise de protection des chevaux. À ce jour, un cocher sur 47 s’est prévalu de cette offre. La compensation est-elle juste et raisonnable étant donné que les cochers sont, en réalité, privés de leur gagne-pain ? À l’inverse, les cochers peuvent-ils forcer la Ville à maintenir en vie une forme de commerce léthargique, un peu ringarde, au coût d’un encadrement et d’une surveillance nécessaires pour assurer la sécurité publique et le bien-être des chevaux ? Autant de questions fort utiles qui seront tranchées en justice.

Que restera-t-il du cheval à Montréal à l’issue de ce bras de fer ? C’est l’angle mort de la politique bien intentionnée de l’administration Plante. Les calèches n’ont peut-être plus leur place à Montréal, mais le cheval, oui.

En temps utile, la Ville de Montréal devra trouver une façon de le mettre en valeur, d’abord pour les Montréalais, et non pour les touristes en quête d’une balade de moins en moins bucolique dans un centre-ville obstrué par les cônes orange, la congestion routière et la pollution. Pourquoi ne pas accorder au noble animal une place dans les grands parcs et les espaces verts à des périodes déterminées de l’année ? Un appel de proposition en bonne et due forme permettrait de s’assurer que les mauvais joueurs d’antan ne sont pas associés au projet. Il ne s’agit pas de relancer les calèches par des moyens détournés (elles ont vécu), ni de stationner le cheval au musée, mais de le garder présent dans le coeur et la vie des générations futures comme symbole respecté du patrimoine vivant.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

10 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 4 janvier 2020 01 h 12

    C’est quand, Mme Plante ?

    Toutes les alternatives à la promenade en calèche sont moins bonnes pour l’environnement et sont moins bonnes pour l’économie du Québec (puis que le Québec ne produit ni voiture ni essence).

    De nos jours, toutes les administrations publiques se disent soucieuses de l’environnement. Mais à chaque décision, il y a toujours quelques chose qui a priorité.

    Dans de cas-ci, le bien-être animal passera avant l’environnement (comme si cela était incompatible). D’autres fois le développement économique et la protection des emplois passeront avant. Et si toutes les radios d’une grosse ville veulent qu’on pollue, la clameur publique passe avant l’environnement.

    Bref, il y a toujours quelque chose qui passe avant.

    Ici à Montréal, on remplacera probablement les calèches par des bus à impériale. On remplacera en partie la marche par des milliers de trottinettes électriques qu’on jettera à la poubelle après trois mois. Et on permet aux vélos électriques de venir concurrencer ceux qu'on doit encore pédaler.

    Bref, c’est quand le temps de l’environnement pour l’administration Plante ?

  • Pierre Rousseau - Abonné 4 janvier 2020 08 h 25

    Rencontre du troisième type

    À une époque, dans ma jeunesse, j'ai eu des chevaux et je peux dire que lorsque venait le temps de travailler, ils étaient plus qu'enthousiastes. Quand j'arrivais avec le tapis de selle et le mors, mes chevaux piaffaient de bonheur et avaient hâte de partir en randonnée. À un moment, j'ai acheté une carriole et avec un aîné, nous avons entraîné ma jument à la tirer. Au début c'était un peu olé olé, surtout quand on descendait une côte mais après quelques sorties, ma jument s'est habituée et aimait ses sorties avec la carriole au point où quand j'arrivais avec le harnais (avec des grelots), elle trépignait d'impatience pour partir en randonnée. En réalité mes chevaux étaient mes amis.

    Je ne connais pas la situation des chevaux de calèches à Montréal mais je sais que les chevaux ne pensent pas et n'agissent pas comme des humains et ce n'est pas facile de les comprendre. Ce que je sais c'est qu'ils sont les amis des humains et qu'ils aiment travailler - pour eux ça semble être une activité qu'ils apprécient, qui les met en valeur et qui les confortent dans leur rapport avec nous. C'est certainement la raison pour laquelle l'humain doit les traiter avec respect, considération et, surtout, assurer leur bien-être et leur sécurité. Peut-être que plus de chevaux et moins de véhicules dans le Vieux-Montréal serait avenue intéressante ?

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 4 janvier 2020 09 h 31

    Viande hachée

    Ces chevaux de calèche ne se retrouveront sûrement pas dans les parcs montréalais, pour des séances d'équitation dominicale; peut-être que certaines de ces bêtes se montent, mais généralement ce sont des chevaux de trait et non de selle.

    Il ne faut pas se leurrer, il en coûte beaucoup pour entretenir un cheval; sans revenu pour les nourrir et les soigner, à brève échéance ces bêtes vont être recyclées en colle ou en pâtée pour pitou et minou.

    Ainsi, la carcasse d'un cheval adulte pèse environ 300 kg. Les données du ministère de l'agriculture du Canada ne mentionnent pas la valeur de la viande de cheval à l'abattage. Par contre, on y indique que la moyenne d'une carcasse de boeuf en 2016 valait environ 10$ le kilo. Alors, si la viande de cheval vaut la moitié, le propriétaire du cheval en tirera rapidement 1500$.

    • Hélène Paulette - Abonnée 4 janvier 2020 10 h 18

      L'ironie de l'affaire, monsieur Lacoste, c'est que certains de ces chevaux ont justement échappé à l'abattoir...

  • Robert Poupart - Abonné 4 janvier 2020 10 h 22

    cheval en ville

    À l'époque de ma jeunesse, nous pouvions louer un cheval sur le Mont Royal et faire ballade dans les sentiers empruntés aujourd'hui exclusivement par les policiers montés. Pourquoi pas une journée du cheval sur le Mont Royal! Les montréalais pourraient admirer ces belles bêtes, attelées ou montées, qui font la fierté de leur proprio et la joie de leur famille. Rien de plus beau qu'un beau cheval par une belle journée ensoleillée aux couleurs automnales.

  • Hélène Paulette - Abonnée 4 janvier 2020 10 h 25

    Le bien-être animal...

    Ce bien-être a d'abord été mis à mal par l'inaction de la Ville malgré les promesses d'amélioration des écuries et des aires de repos. Et les incidents n'ont pas été causés par les chevaux mais par la circulation automobile qui a été malheureusement valorisée lors des travaux de rénovation du Vieux Montréal... C'est tout simplement une aberration... En ces jours de réchauffement climatiques, ce sont les voitures qu'on doit évacuer du centre touristique, comme ça se fait déjà ailleurs.