Séduction multiculturaliste

Sous l’impulsion du premier ministre, Brian Pallister, le gouvernement du Manitoba s’est payé des encarts publicitaires dans des quotidiens invitant les Québécois qui s’indignent de la loi 21 sur la laïcité à déménager pour se joindre à la fonction publique manitobaine.

La publicité, intitulée « 21 raisons de se sentir chez soi au Manitoba », affirme que là-bas, « la diversité est respectée », sous-entendant que ce n’est pas le cas au Québec.

La première des 21 raisons que le gouvernement manitobain avance, c’est que : « Nous parlons français ». Ne doutons pas que les Franco-Manitobains font de louables et incessants efforts pour conserver leur langue. Le Manitoba n’est pas officiellement bilingue, mais il a été forcé par la Cour suprême en 1979 à respecter le droit d’utiliser le français devant les tribunaux et à l’Assemblée législative, qui, elle, doit adopter toutes ses lois dans les deux langues. Il ne faut toutefois pas se bercer d’illusions : il est impossible pour la grande majorité des Franco-Manitobains de travailler dans leur langue et c’est la croix et la bannière pour obtenir des services de santé en français.

Considérant l’histoire du Manitoba, il est étonnant que ce soit cette province, entre toutes, qui fasse la leçon au Québec quant au respect des minorités. Ce sont les Anglais du Manitoba, avec la complicité du gouvernement central, qui ont bafoué les droits des Métis — ils avaient le tort d’être à la fois autochtones, catholiques et français — et qui les ont dépossédés. Le fondateur du Manitoba, le métis Louis Riel, a été pendu haut et court. « C’est ici que la Nation métisse a vu le jour », lit-on dans la publicité. C’est ici qu’elle fut écrasée aussi.

Bilingue à l’origine, la province a été déclarée en 1890 officiellement anglophone par son Assemblée législative et en 1916, l’enseignement en français fut aboli. Il ne fut restauré qu’en 1970 et ce n’est que dans les années 1990 que les Franco-Manitobains ont obtenu le droit de gestion de leurs écoles, après une longue bataille juridique. Appelons ça de la suppression ethnique à défaut d’employer un terme encore plus fort.

Aujourd’hui, 3,6 % des Manitobains parlent français à la maison. Le français figure au troisième rang, derrière le tagalog.

Le Manitoba se vante aujourd’hui — c’est tiré de l’encart publicitaire — d’abriter une population « issue de plus de 250 groupes ethnoculturels représentant 150 pays et parlant 148 langues ». Comme si ces chiffres en soi avaient une quelconque valeur morale. Au fait, il ne manque au Manitoba que des immigrants en provenance de 43 autres pays pour que la province puisse affirmer représenter l’humanité tout entière.

Vu du Québec, cela s’apparente à une forme de délire multiculturaliste. Mais il témoigne de la force au Canada anglais de cette idéologie, inscrite dans la Constitution en 1982. Le multiculturalisme n’est pas une avenue viable pour le Québec, qui ne peut trouver de vertus, ni d’avenir, à cette grande dilution dans l’ensemble post-national canadien.

Brian Pallister a dit de la Loi sur la laïcité de l’État qu’elle était « un-Canadian ». Or l’adhésion à une autre forme de vivre-ensemble que le multiculturalisme à tout crin est tout aussi « un-Canadian ». Le premier ministre manitobain, qui semble vouloir faire fi de l’histoire, est mal placé pour nous faire le coup de la supériorité morale, une condescendance aux relents coloniaux malheureusement trop répandue chez nos voisins canadiens.

Dans une entrevue, l’auteur-compositeur-interprète Daniel Lavoie disait qu’il ne retournait pas au Manitoba, sa terre natale, parce qu’il y était considéré comme un étranger. C’est peut-être ça l’idée : tous étrangers, tous égaux.

À voir en vidéo