Un Bloc fort dans un Canada libéral

La campagne électorale qui s’achève fut d’une grisaille telle que les deux principaux partis se disputant la gouverne du pays, les libéraux et les conservateurs, ont fait du surplace dans les intentions de vote. Les voilà au coude à coude dans un scénario de gouvernement minoritaire d’une couleur encore incertaine, à reprocher tous les deux au Bloc québécois sa seule existence. L’absence de lustre dans cette campagne contraste avec la diversité des options à la disposition des électeurs. Du Parti vert au Parti populaire du Canada, en passant par le PLC, le NPD, le PCC et le Bloc, l’axe gauche-droite n’a jamais été aussi coloré qu’en cet automne 2019.

L’impression nette qui se dégage de la campagne est à l’effet contraire. Le PCC et le PLC ont joué sur la peur et le dénigrement de leurs chefs respectifs. Ils ont traité les électeurs comme des segments d’audience sur les réseaux sociaux, en multipliant les annonces en droite ligne avec le clientélisme.

On peut résumer l’égalité dramatique entre les libéraux et les conservateurs en quelques mots. Le chef libéral, Justin Trudeau, n’a pas su défendre les éléments progressistes de son bilan. Les avancées que sont l’adoption d’une taxe sur le carbone, les efforts pour sortir plus de 800 000 personnes de la pauvreté, l’adoption d’une politique basée sur la santé publique avec la légalisation de la marijuana et les efforts pour accroître le pouvoir d’achat de la classe moyenne figurent parmi les réalisations enviables du gouvernement Trudeau. Dans toutes ses prestations lors des débats, M. Trudeau a donné l’impression d’un homme qui jouait de prudence. Trop. Si bien qu’il a permis à un adversaire aussi inepte qu’Andrew Scheer de lui chauffer les fesses.

De son côté, Andrew Scheer s’est montré particulièrement virulent dans sa critique de ce « menteur » en habits de premier ministre qu’est pour lui Justin Trudeau. Mais il n’a pas su proposer une solution de rechange valable pour dégommer le premier ministre sortant. La lassitude à l’égard du chef libéral n’a rien à voir avec celle qui avait contribué à la défaite de Stephen Harper en 2015.

L’électeur qui aspire à la stabilité est contraint de choisir entre un gouvernement libéral aux contours brouillons, le coeur sur la main et tous les apôtres du multiculturalisme en pâmoison. Ou le retour au conservatisme, version Harper, avec le saupoudrage de sucreries fiscales pour les familles et les particuliers, et la mise au rancart de la décarbonisation de l’économie au profit d’un corridor énergétique pensé en fonction des intérêts pétroliers dans l’ouest du pays. Un peu plus à l’ouest, un peu plus à droite : les conservateurs n’ont plus ce ressort progressiste d’antan, hormis quelques candidats d’exception au Québec qui doivent se sentir à l’étroit dans le caucus. Que sont devenus les « red tories » ?

Les conservateurs n’en peuvent plus que surgissent des questions sur la position du parti en matière d’avortement ? C’est bien la faute de leur chef. M. Scheer a définitivement tourné la page sur le mariage gai : il n’évoque pas la possibilité de permettre le vote libre sur la question, ni l’existence d’opinions divergentes sur la question. Avec l’avortement, c’est le contraire et c’est tout ce que le lobby pro-vie espère pour le moment. Même si M. Scheer ne rouvrira pas le débat, ses députés pro-vie pourront présenter des projets de loi et poursuivre leur stratégie d’avancement et de sensibilisation du public pas à pas. Le Québec est particulièrement allergique à ce genre de duperie.


 
 

Vue du Québec, la réélection de Justin Trudeau est un moindre mal. Il poursuivra dans l’adoption de politiques publiques progressistes, n’en déplaise à ses adversaires qui lui reprochent son hypocrisie symbolisée par l’achat d’un pipeline en pleine transition énergétique. Les libéraux sont dépensiers à outrance et empilent les déficits en période de prospérité, mais leur cadre financier reste moins débonnaire que celui du NPD et du Parti vert. Sans virer à droite, le Canada ne peut pas sérieusement glisser plus à gauche qu’il ne l’est déjà.

Certaines positions de Justin Trudeau sont loin de susciter l’enthousiasme du Devoir. Il est à peine moins envahissant que le NPD dans les intrusions dans les champs de compétence des provinces. À ce sujet, le respect de l’autonomie des provinces est bien là une qualité qu’il faut reconnaître aux conservateurs. M. Trudeau est incapable d’affirmer sa fierté d’être Québécois sans avancer qu’il est aussi fier d’être Canadien. Il n’est jamais trop pressé de monter aux barricades lorsque le Québec est taxé de racisme ou de xénophobie. Et s’il dispose d’une majorité confortable, il ne se gênera pas pour intervenir dans le débat juridique sur la constitutionnalité de la loi québécoise sur la laïcité. Ses déclarations en anglais sont nettement plus affirmées que celles en français sur la question. Son langage par défaut est le multiculturalisme, certainement pas l’interculturalisme, qui est un meilleur garant de la vitalité de la langue et de la culture francophone.

À ce chapitre, le Bloc québécois, que l’on croyait mort et enterré il y a à peine quelques mois, est un meilleur défenseur de la particularité du Québec. Il fera un chien de garde idéal à un gouvernement libéral. Yves-François Blanchet a mené une campagne honnête, en réussissant l’exploit de contenir son caractère bouillant. Ses candidats ne méritent pas tous d’être élus : il n’y a pas de place pour les bigots qui s’agrippent à la périphérie du parti.

En dépit de sa position alambiquée sur le troisième lien à Québec et le projet GNL au Saguenay, M. Blanchet a fait preuve de limpidité dans son propos. Son principal avantage sur les autres chefs est d’avoir fait la lecture appropriée de l’humeur des électeurs québécois. Il ne défend pas un projetsouverainiste, contrairement aux scénarios d’épouvante esquissés par M. Scheer, mais un projet caquiste. Les priorités du Bloc sont celles du gouvernement Legault. Voter pour le Bloc, c’est voter pour le Québec, dit-il.

Retrouver le chemin des victoires serait-il aussi simple ? La montée du Bloc ne tient pas tant au caractère exceptionnel de sa campagne qu’à l’exceptionnelle insensibilité des autres candidats à la singularité du Québec. C’est comme si M. Blanchet était le seul à avoir compris les conséquences de la reconfiguration du Québec en Caquistan au lendemain du 1er octobre 2018.


 
 

Dans la dernière ligne droite, le Bloc est dépeint par les formations adverses en alternance comme étant une entrave à la formation d’une majorité conservatrice, d’une majorité libérale ou encore d’une opposition forte du NPD. Les progressistes fédéraux devraient tourner le blâme vers eux. Le chef du NPD, Jagmeet Singh, est bien sympathique, mais personne ne le prend au sérieux lorsqu’il affirme que Justin Trudeau « flashe à gauche et tourne à droite ». Ce dépensier a doublé le NPD sur la gauche. Même en scrutant le NPD et le PLC de près, dans leur incarnation actuelle, on ne peut trouver de divergences fondamentales empêchant leur rapprochement.

Les conservateurs ont dirigé le Canada pendant dix des seize dernières années. Ils n’y seraient jamais parvenus sans la fusion de l’Alliance canadienne et du Parti progressiste conservateur en 2003, l’un des legs durables de Stephen Harper et de Peter MacKay. Au lendemain du scrutin 2019, la division du vote entre le NPD et le PLC aura peut-être produit un gouvernement conservateur. Ce ne sera pas la faute du Bloc québécois si les deux plus grandes formations de gauche n’ont pas encore compris que leur salut passe par une fusion. En revanche, il sera de la responsabilité du Bloc de veiller au respect des valeurs progressistes, de la particularité du Québec et d’étirer au maximum l’élastique du fédéralisme asymétrique.

À voir en vidéo