Fausses notes

Qu’est-ce qui est le plus navrant ? La pitoyable traduction de la chanson de campagne des libéraux ou le fait que personne au sein du parti de Justin Trudeau, y compris le chef lui-même, n’ait su déceler dans cette version de pacotille l’illustration parfaite du pâle traitement accordé au français en cette terre canadienne ?

Le Parti libéral du Canada (PLC) a choisi comme thème officiel la mélodie à succès One Hand Up, du groupe ontarien The Strumbellas. Les artistes ont eux-mêmes traduit les paroles. Mais hélas, le résultat sonne l’échec, écorche les oreilles et la fierté francophone. Dans une gibelotte linguistique qu’on ne peut honnêtement nommer français, des mots s’additionnent, « main » ici, « enlève » là, plus « haut » ailleurs. Le One Hand Up anglais célébrant en musique l’engagement et la volonté de changement s’écrase complètement en français, avec Une main haute qui n’évoque en rien le poing fièrement brandi en l’air des politiciens engagés.

La piètre qualité de la traduction a causé un tollé sur les réseaux sociaux, provoquant ici l’hilarité, là l’indignation. Les libéraux ont annoncé lundi qu’ils retournaient en studio pour créer une nouvelle version, qui sera un sonnet francophone authentique — excellent revirement. La candidate libérale Mélanie Joly a reconnu lundi qu’il s’agissait d’une fausse note politique.

Mais le mal est fait. Dans ce faux pas d’apparence banale, on ne peut s’empêcher de voir l’irrespect pour le fait français et, de manière plus profonde, la distance qui s’est créée entre le PLC et tout le débat entourant le nationalisme à la québécoise. Justin Trudeau pratique lui-même allègrement dans nombre de ses discours et déclarations à l’emporte-pièce une sorte de franglais qui n’indigne plus personne. C’est le règne de l’indifférence érigé désormais en norme politique et linguistique. C’est l’incohérence d’un parti qui s’autoproclame promoteur du bilinguisme, mais qui, si l’on gratte un brin le discours officiel, semble agacé par les efforts à consentir pour honorer le français autrement qu’avec le salmigondis de la traduction.

Cette même insouciance teintée d’agacement colore, d’année en année, la réaction politique aux doléances exprimées par le commissaire aux langues officielles. Le respect des droits linguistiques au Canada et, en filigrane, les égards montrés à la langue française remplissent des discours — et des traductions ! —, mais les gestes ne suivent pas… la musique.



À voir en vidéo