Garnotte laisse un vide

Le Devoir laisse en blanc l’espace réservé à la caricature en hommage à notre dévoué caricaturiste Michel Garneau, dit « Garnotte », qui a animé et coloré cet espace pendant 23 ans, pour le délice de nos lecteurs et lectrices.

Ce vide est la meilleure description de nos sentiments. Le personnel du Devoir est sans mots à la suite de l’annonce de son départ à la retraite en raison de problèmes de santé.

Garnotte a rangé ses crayons sur les conseils de son médecin. Ce n’était pas notre souhait, ni le sien. Depuis 2016, il évoluait dans une semi-retraite heureuse, en partageant le travail de caricaturiste avec notre collaborateur Pascal Élie. Cette cohabitation harmonieuse aurait pu durer encore quelques années n’eût été l’impérative nécessité pour Garnotte de ralentir la cadence.

Nous ne choisissons pas la condition humaine, nous la subissons. Nous pouvons cependant témoigner notre solidarité et notre empathie à ceux qui traversent une épreuve, comme le fait aujourd’hui un assemblage de crayons parmi les plus aiguisés de la boîte. Appelons-les les CUQ, pour Caricaturistes unis du Québec ! Bado (Le Droit), Boris (Montreal Gazette), Chapleau (La Presse), Côté (Le Soleil), Pascal (Le Devoir) et YGreck (Le Journal de Montréal et LeJournal de Québec) dessinent exceptionnellement ici un hommage à Garnotte.

Leur témoignage vous apprendra tout ce qu’il faut savoir de Garnotte. Son humanisme et son humilité lui ont valu l’appréciation de ses pairs et des lecteurs. Son regard nous manquera.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

4 commentaires

Consultez la suite du dossier

  • Yvon Pesant - Abonné 15 juin 2019 04 h 32

    Son regard nous manquera

    À qui le dites-vous!

    Son humour empreint de finesse et d’une gentille bonhomie a toujours su faire notre malin petit bonheur.

    Puisse la santé revenir à cet homme que l’on sait bon sans même le connaître tellement cela transcende dans son art pictural.

  • Gilles Bonin - Abonné 15 juin 2019 07 h 12

    Parfois

    pas mal ses caricatures... Comme le journal: il y avait souvent des vides abyssaux. Malheureusement. Et pour être juste, Le Devoir reste quand même le meilleur journal d'ici. Note au bulletin: pourrait faire mieux.

  • Jean-Guy Aubé - Abonné 15 juin 2019 17 h 00

    une implication dans plusieurs mouvements sociaux

    En plus de sa contribution a Nouvelles CSN, Garnotte avait aussi signé des dessins pour le bulletin 'le frapru frappe encore', le périodique du FRAPRU, une organisation qui lutte et se mobilise pour le logement social au Québec. C'était un citoyen engagé pour plusieurs mouvements sociaux.