Iran: Trump cherche les ennuis

Dans la conception bancale que se fait Donald Trump de l’ordre du monde, les relations de ce dernier avec Vladimir Poutine sont aussi ambiguës que centrales — des relations dont le rapport Mueller sur l’ingérence russe et la panoplie d’enquêtes dérivées n’ont pas fini d’éclairer les manigances et les zones d’ombre.

Les deux hommes continuent d’avoir beaucoup en commun, à commencer par leur mépris pour l’État de droit. En faisant un saut à Sotchi mardi pour souper avec M. Poutine, le secrétaire d’État Mike Pompeo est allé tenter d’arrondir les angles d’une relation qui, avant tout pour M. Trump, s’est néanmoins compliquée autour d’un certain nombre d’enjeux géostratégiques depuis leur sommet d’Helsinki en juillet 2018. Comme la Russie est en position de force, le ministre des Affaires extérieures, Sergueï Lavrov, aura eu beau jeu, en conférence de presse, de promouvoir un « dialogue constructif » entre Washington et Moscou, tout en laissant planer un flou sur l’éventualité d’une rencontre Trump-Poutine en marge du G20 de juin au Japon.

On voit bien ici les limites de ce qu’un ancien diplomate cité par le New York Times appelle « l’unilatéralisme transactionnel musclé » que prétend appliquer M. Trump depuis son arrivée au pouvoir, au nom du slogan qui fait tant vibrer sa base — « Make America Great Again ». Une approche dont la viabilité reste à démontrer, en particulier par rapport à la Corée du Nord de Kim Jong-un qui, loin de se laisser intimider, procède justement à un rapprochement tactique avec le régime de Poutine ; une idée du monde, fondée sur l’épreuve de force, qui fait que, dans la guerre commerciale des États-Unis avec la Chine, ce sont d’abord les consommateurs américains qui vont payer la note.

En réalité, M. Trump a diligemment servi nombre des intérêts principaux de la Russie, s’agissant d’affaiblir l’OTAN, de semer la zizanie au sein de l’Union européenne, de se mettre à dos peu près tous les alliés des États-Unis ou d’abandonner la Syrie à Moscou et à Bachar al-Assad.

Au Venezuela, il se voit en fait donner une dose de sa propre médecine « musclée » par la Russie qui, poussant maintenant le bouchon de ses influences jusque dans « l’arrière-cour » américaine, s’emploie à garder le président Nicolas Maduro au pouvoir devant les efforts des faucons de la Maison-Blanche pour évincer le régime chaviste.

En un mot comme en mille, M. Trump ne réussit qu’à s’attirer des ennuis. C’est dans la même logique, si tant est qu’on puisse parler de logique, que le climat s’envenime autour de la question iranienne, avec risque dangereux d’escalade à la clé et en tout mépris pour la valeur de l’argument multilatéraliste.

Non content de s’être retiré de l’accord international sur le nucléaire iranien en mai 2018, le gouvernement Trump a réimposé des sanctions à la République islamique. Les bruits de bottes se font entendre, portés par les annonces et les hypothèses de déploiement militaire, applaudies par Israël et l’Arabie saoudite. Avec M. Pompeo, l’indélogeable John Bolton, hier idéateur sous Bush fils de l’invasion de l’Irak en 2003, aujourd’hui conseiller de Trump à la sécurité nationale, milite depuis longtemps pour le renversement du régime iranien par une intervention militaire. Réelle perspective ou simple provocation, le seul fait de l’évoquer dépasse l’entendement, vu tout le mal que la guerre d’Irak a fait. Là encore, ces tensions se trouvent à pousser Téhéran vers Moscou, les deux capitales s’étant trouvé une communauté d’intérêts sur le terrain syrien.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Gilles Bonin - Inscrit 16 mai 2019 07 h 02

    Sans exclure

    la possibilité de Trump de se faire ré-élire (il jauge les 46% d'appuis ce qui lui avait suffi en 2016), il faut reconnaître, malgré ses fanfaronnades, qu'il a une trouille noire de ne pas y parvenir (sa trouille ne tient pas qu'au fait de perdre la présidence; elle tien surtout à la peur bleue que les casseroles qu'il traîne ne l'entraînnt dans les culs de basse-fosse des prisons américaines lorsqu'il sera redevenu simple citoyen). D'où la bonne vieille méthode: se lancer dans un bon conflit à l'extérieur pour tenter de se garantir un second mandat puisque ses politiques, notamment économiques, risquent de lui «péter» en pleine figure d'ici novembre 2020.

    • Christian Roy - Abonné 16 mai 2019 18 h 26

      D'ac avec vous M. Bonin,

      Rien de mieux qu'une bonne diversion pour faire oublier toutes les conneries que cette administration empile depuis son arrivée au pouvoir.

      Je crois que ce n'est plus les fanfaronnades du Clown maladroit qu'il faut critiquer mais bien au peuple américain lui-même, jamais descendu aussi bas dans ses choix de leaders.

      Nous ne sommes peut-être pas si loin de la guerre et la décadence que nous voulons bien le croire...

  • Georges LeBel - Abonné 16 mai 2019 09 h 38

    Merci de cette mise à jour réfléchie qui nous repose des repiqués de presse occidentale de votre collègue Brousseau.

  • Serge Lamarche - Abonné 17 mai 2019 00 h 42

    Pur américain

    Trump est le summum démocratique. Le meilleur représentant des anglo-américains, quoi.
    La guerre en Irak a fait le mal? N'est-ce pas le but des États-Uniens? Faire le mal et récolter les dividendes.