Un immense chagrin collectif

Cet incendie ravageur qui a balafré Paris en touchant son coeur vibrant, Notre-Dame de Paris, a semé l’émoi sur toute la planète. La France et toute l’Europe pleurent la perte d’un monument, miraculeusement préservé jusque-là des flammes, malgré le passage des siècles. Perle d’architecture, joyau d’une valeur d’exception inscrit par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial, la cathédrale racontée dans toute sa symbolique par Victor Hugo ne rassemble pas que l’Europe. C’est un deuil planétaire qui est commencé depuis l’affaissement de sa charpente.

On peut donc collectivement pleurer des pierres. Lorsqu’en leur majestuosité des murs racontent les noces de quelques souverains, le couronnement d’un empereur, les funérailles de certains présidents, l’universalité de la douleur est plus que probable. Lorsqu’en plus d’être un symbole, ce bâtiment est un musée abritant en son sein de fabuleux trésors, l’émotion n’en est que plus forte. La liste des pièces perdues n’est pas encore complète, mais on s’accroche comme on peut à certains sursauts d’espoir dans ce tableau morose, comme au coq de la flèche effondrée retrouvé mardi dans les décombres ou la possibilité qu’un orgue soit préservé.

Une enquête s’est ouverte à Paris pour comprendre ce qui s’est réellement produit. La tragédie qui frappe Notre-Dame de Paris nous renvoie à l’immense fragilité du patrimoine, si grandiose soit-il. Fières et fragiles à la fois, les deux tours de la façade ouest de la cathédrale ont résisté au feu. Ce squelette hier embrasé et qu’aujourd’hui tout un peuple embrasse servira de repère à la longue réhabilitation qui s’annonce. Le lancement d’une souscription nationale avait permis mardi d’amasser plus d’un milliard de dollars, signe incontestable de l’engagement du coeur spontané pour qu’autour du symbole, on érige de nouveaux murs. Cinq ans de reconstruction à peine pour un édifice qui à l’origine demanda deux siècles de travaux ? Des experts avancent déjà que c’est irréaliste.

« Je partage votre douleur, mais je partage aussi votre espérance », a dit mardi soir le président français Emmanuel Macron, solennel dans cette brève adresse à la nation, où il s’est engagé à reconstruire la cathédrale, « plus belle » encore que la première. L’ironie du sort a voulu que le déclenchement de l’incendie survienne quelques instants avant un discours du président sur la sortie de crise, associée au tumulte des gilets jaunes depuis cinq mois. Les Français auront saisi les parallèles à peine camouflés entre l’effondrement de ce joyau devenu mythe et une nation en crise, cherchant à se rebâtir. « Il me revient de retrouver le fil de notre projet national », affirme Macron, désireux de « transformer cette catastrophe en occasion de devenir tous ensemble ». Autour d’une cathédrale malmenée par les éléments, pourra-t-on jeter les bases d’un nouveau contrat social ? L’histoire dira en quoi ce grave incident, rassembleur dans l’effarement et la peine, aura permis d’avancer quelques pions sur l’échiquier politique.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

10 commentaires
  • Mathieu Lacoste - Inscrit 17 avril 2019 04 h 29

    « La France et toute l’Europe pleurent la perte d’un monument, miraculeusement préservé jusque-là des flammes, malgré le passage des siècles.» (Marie-Andrée Chouinard)



    Belle envolée de circonstance, de style pompier

    Faudrait voir à ne pas trop s'enflammer; Notre-Dame n'est pas la première, des cathédrales déjà ont brûlé, lors de la Révolution et lors de la Grande Guerre.

    La cathédrale de Reims en 18 n'était plus que ruine, aujourd'hui il n'en reste rien (des ruines)

    • Gilbert Troutet - Abonné 17 avril 2019 08 h 32

      Vous avez raison que rappeler que plusieurs grandes cathédrales ont été très abimées par des bombardements, déjà pendant la première guerre mondiale, puis ensuite pendant la guerre de 1939-45. L'aviation « alliée » a même détruit entièrement le coeur historique de villes allemandes, comme Desde.

    • Louise Melançon - Abonnée 17 avril 2019 08 h 46

      Mais Notre-Dame de Paris, c'est plus qu'un monument magnifique, et même plus qu'une somme d'oeuvres d'art, c'est une histoire, c'est le résultat des travaux d'ouvriers de tous les métiers qui, au cours des siècles, l'ont fait ce qu'elle est...

  • Michel Lebel - Abonné 17 avril 2019 06 h 46

    Encore plus belle!


    Paris en a vu bien d'autres! La cathédrale sera restaurée, encore plus belle. Vive la France!

    Michel Lebel

  • Bernard LEIFFET - Abonné 17 avril 2019 07 h 58

    Tout événement soudain peut avoir des conséquences sur l'avenir d'une société...

    Oui les pierres ont tenu bon et la cathédrâle Notre-Dame de Paris est toujours là, malgré son toit et sa flèche qui ont été endommagés par les flammes. L'Histoire de France, comme celle des vieux pays, est si complexe mais si pleine d'événements, mérite de s'y attarder, que l'on soit croyant ou non. De grandes dynasties ont régné pendant ses fondations, puis au cours des siècles, dont ceux où les guerres de religion faisaient rage. Au moment de La Révolution française, des églises et d'autres bâtiments ont été saccagés par un peuple opprimé, sous-alimenté, guidé par les révolutionnaires qui ont supprimé tout ce qui montrait les exubérances des derniers Capétiens. Le roi éliminé, plus tard ce sera le sacre de Napoléon dans la cathédrâle... Par chance, elle n'a pas subi le sort de la Bastille dont toutes les pierres de taille ont été vendues au plus offrant. Évidemment, Victor Hugo et Émile Zola l'on fait connaître au monde entier. L'histoire de France est aussi un patrimoine commun des nombreux francophones attachés à une langue et une culture vivantes.
    Elle sera reconstruite l'a affirmé le Président de la République! Seul le délai apparaît bien court quand je pense aux cathédrâles bombardées de Bourges et de Nevers que j'ai connu gamin, à la fin de la guerre. Ce n'est qu'après des décennies qu'elles ont été restaurées!
    Après cet événement tragique et si soudain, je souhaite de tout coeur que la paix revienne en France! Paris est une grande capitale, aux nombreux joyaux! Désormais, c'est au président de la République et aux citoyens français de propager une image de prospérité plutôt que celle de barricades...
    Les guerres de religion ont toujours été des fléaux dans le monde entier et j'espère que la laïcité telle que proposée par La CAQ permettra de vivre dans un Québec plus uniforme, sans brimer les droits de chacun. À moins que la dérive sous-jacente des langues, comme celle de Montréal, se propage comme au temps des fusions!
    VLF! VLQ!

  • Serge Sokolski - Abonné 17 avril 2019 09 h 51

    Ah! Si seulement...

    Le feu a partiellement détruit un joyau architectural. C’est très dommage et profondément triste. Mais quand je vois l’empressement avec lequel le monde entier (ou presque..) tient à rebâtir ce joyau, je ne peux m'empêcher de rêver que ce même monde s’empresse tout autant pour un autre joyau en feu: notre Terre. Et celle-là, il ne sera pas possible de la rebâtir.

    • Bernard LEIFFET - Abonné 17 avril 2019 15 h 58

      Je suis partiellement d'accord avec vous Monsieur Sokolski. Cependant, à l'impossible nul n'est tenu!
      Allons-nous supplier messieurs Trump et Poutine de nous accorder quelque faveur pour protéger notre Terre? Hier, c'était Notre-Dame de Paris, qui sait demain si un autre joyau ne tombera pas cette fois sous des bombes, comme je l'ai vécu, et expliqué dans mon commentaire.
      Là où je ne suis pas d'accord, c'est votre critique concernant « l'empressement ,,» des gens à faire un don pour rebâtir la cathédrâle. À ce que je sache chacun agit avec sa conscience, ses connaissances historiques ou non, ses connaissances de l'architecture religieuse, etc... Avec mon épouse nous avons fait un petit don en ligne pour que l'on restaure ce patrimoine que nous avons autrefois connu, même si nous sommes Québécois depuis plus de 50 ans.
      Moi aussi, je suis triste quand le gouvernement laisse aller un bâtiment du Patrimoine! La Hongrie, la Pologne, La Russie, L'Allemagne ont aussi de magnifiques monuments et ce serait avec tritesse que j'accueilerais le désastre de l'un d'eux. Aucun ne m'appartient. Par contre, ils sont tous vulnérables et en cas de dommages, il faut le protéger et le restaurer sans délai à cause des intemperries, etc..
      En 1984, j'ai fait une expédition à bord de mon bateau en direction du détroit d'Hudson. Ce n'était pas la bonne année puisque la Patrouille des Glaces n'avait jamais enregistré autant d'icebergs à la dérive dans l'Atlantique Nord! Oui, avec l'équipage nous avons pu voir (et rencontrer) des barrières de glace et des icebergs à perte de vue, au moment où déjà le réchauffement climatique était bien là!
      (Google : Navigation Côte Est canadienne, B.Leiffet)
      Soyons quand même optimistes pour l'avenir. Merci.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 17 avril 2019 14 h 08

    « La cathédrale sera restaurée, encore plus belle» (Michel Lebel)

    J'espère bien que non !

    Restaurée, oui! Plus belle, non!

    Fidèle à l'architecture d'origine (celle du XIIIe siècle), oui!

    Je présume que les spécialistes de l'art gothique ne seront pas enclins à reprendre la restauration qu'avait menée Viollet-le-Duc au XIXe siècle, lequel avait une conception personnelle de l'architecture du Moyen Âge (ou plutôt, il ajouta une touche personnelle aux restaurations qu'il mena à travers le pays).