Armes à feu: ne pas lâcher prise

Le lobby des chasseurs prend une direction préoccupante. En date du 12 février dernier, moins du tiers des armes à feu en circulation étaient enregistrées au nouveau Service d’immatriculation des armes à feu du Québec, soit 411 095 des 1,4 million d’armes sur le territoire.

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs invite ses membres à respecter la loi, malgré son opposition. « Jamais on ne va encourager la désobéissance civile », a dit son directeur général, Alain Cossette.

Il semble bien que cet appel au sens des responsabilités tombe à plat. La désobéissance civile est au coeur des stratégies du groupe Tous contre un registre québécois des armes à feu, soucieux de défendre ses prérogatives au détriment de l’intérêt public. Son porte-parole, Guy Morin, clame que ses armes ne sont pas enregistrées et qu’elles ne le seront jamais. Quelque 200 opposants au registre ont manifesté, dimanche à Québec, en exigeant que les sommes consacrées au registre soient investies à la place dans la santé mentale. Sacrés sophistes !

Si tous les lobbies enfreignaient les lois et les règlements qui leur déplaisent, le désordre social l’emporterait sur la primauté du droit. Les chasseurs ne sont pas d’accord avec le registre ? Qu’ils en contestent la validité devant les tribunaux. Dans l’intervalle, qu’ils cessent de se faire justice eux-mêmes en s’appuyant sur de fallacieuses questions de principes ou de divergences idéologiques.

Le gouvernement Legault est dans son droit d’exiger l’enregistrement des armes, au nom de l’intérêt public et de la santé publique. La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec appuie cette mesure, tout comme le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale et les spécialistes de l’intervention en santé mentale. Les armes à feu ne sont pas des biens comme les autres. Même les armes d’épaule, que les chasseurs veulent soustraire au registre, doivent être enregistrées.

Pour l’heure, le gouvernement Legault serait bien mal avisé d’imposer des amendes (elles vont de 500 $ à 5000 $) aux récalcitrants. Le zèle bureaucratique est un piètre substitut à la prévention et à la sensibilisation. Québec doit aussi améliorer les imperfections dans son système d’enregistrement des armes, qui prête flanc à la critique, et rassurer les sceptiques sur ses intentions. Le registre n’est pas et ne deviendra pas un nouvel outil de taxation ou de contrôle social des chasseurs. Ceux-ci peuvent-ils exercer en revanche une citoyenneté responsable ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

39 commentaires
  • Jacques Gagnon - Inscrit 19 février 2019 00 h 31

    La loi c'est la loi !

    Les lois c'est détestable, elles peuvent être absurdes. Ce n'est peut-être pas le cas ici, mais avouons qu'elle a quand même la qualité du mur de Donald de n'être pas si urgente. C'est probablement ce que se disent les désobéissants. Certaines lois n'ont jamais servi parait-il. La désobéissance permet aussi de tester les limites. Si son respect est outragé par tout le monde et que des hordes de policiers seront nécessaires, que ferons-nous alors ? De plus, certaines infractions sont éphémères, et donc le crime évanoui restera impuni, inconnu, comme cela se produit des milliers de fois par jour avec le code de la sécurité routière. De véritables bombes parcourent nos routes, souvent sur dix roues et plus. Personne ne me voit, donc je ne commet pas de crime. Je parie fort que le traffic illicite d'armes à feu fleurira. Je ne comprends pas, n'étant pas propriétaire d'une arme, comment on fait pour savoir qu'une arme n'est pas enregistrée. Pourquoi ne pas le faire à l'achat ?

  • Serge Lamarche - Abonné 19 février 2019 04 h 01

    Les anglais aussi

    Même les anglais font des mêmes sur fb au sujet de ce registre. Tuer est un droit inaliénable, on dirait.

  • Guy Morin - Inscrit 19 février 2019 05 h 47

    Biennn oui

    Bon après le « Lobby pro-arme » c’est maintenant le « Lobby des chasseurs »

  • Guy Fauteux - Abonné 19 février 2019 05 h 54

    Realisme

    Après 2 miliard d’effort le fédéral as réussis à en enregistrer
    1.4 million à mon avis le vrai chiffre devrais se situer autour
    De 2.5 millions.(ancien chasseur , indien,inuit,criminel,héritier) etc
    Pas certain mais ça semble un coup d’épée dans l’eau.

  • Raymond Ayas - Abonné 19 février 2019 06 h 20

    J'attends vos dénonciations des institutions anglophones

    L'agglomération de Côte Saint-Luc promet de ne pas respecter la loi sur la laïcité de la CAQ. Il y a quelques années le English Montreal School Board s'engageait à désobéir à la Charte des Valeurs du PQ. Voilà deux institutions publiques, financées par l'impôt, qui refusent publiquement de e respecter nos lois - avant même qu'elles ne passent - et qui incitent des dizaines de milliers de gens à briser nos lois et de s'opposer à la démocratie. Quand allez-vous les dénoncer?

    • Louise Collette - Abonnée 19 février 2019 10 h 28

      Vous avez raison Monsieur Ayas et, la loi doit être respectée quelle qu'elle soit sinon c'est l'anarchie.
      Tiens, moi cette loi me dérange, je ne la respecte pas. Imaginez un peu les conséquences ? Ça peut faire boule de neige si l'on ne sévit pas. Dangereux, très dangereux.
      Que ce soit l'immatriculation des armes à feu ou les exigences de la loi sur la laïcité etc..
      Ceux qui ne respectent pas la loi sur les armes à feu doivent être passibles d'amendes salées histoire de faire comprendre que c'est sérieux.
      Et sans tarder.

    • Michel Belley - Abonné 19 février 2019 10 h 54

      Est-ce que la population a été consultée sur ce régime des armes à feu? Comment? Pas du tout! Alors, c'est démocratique, ça?

    • André Labelle - Abonné 19 février 2019 13 h 44

      M. Belly, avez-vous été consulté pour l'enregistrement de votre auto, de votre moto, de votre embarquation motorisée ?
      «Quand j'entends discourir des cons au restaurant, je suis affligé, mais je me console en songeant qu'ils pourraient être à ma table.»
      [Frédéric Dard]

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 19 février 2019 20 h 39

      @ A Labelle ... BRAVO pour votre répartie...et la citation de Frédéric Dard tombait juste à point.
      J'en ai une autre qui vient du même auteur: "Ce sont souvent les cons qui l'emportent...Question de surnombre.!"

    • Michel Bibeau - Inscrit 20 février 2019 13 h 34

      Attention aux citations bancales

      @ Nicole D. Sévigny
      Citation de Dard. Que comprendre? Qui l'a emporté?
      La loi a été votée. Le règlement s'applique. Tous sont obligés d'enregistrer leur arme.
      Donc devrait-on en conclure : «Ce sont souvent les cons qui l'emportent...Question de surnombre.!»

      @André Labelle
      «Mieux vaut se disputer autour d’une table que sur un champ de bataille. »
      Jean Monnet