Rémunération des médecins: logique viciée

La Coalition avenir Québec comptait récupérer un milliard de dollars par an à même la rémunération des médecins spécialistes, qui avait dépassé celle de leurs pairs ontariens. Or selon le dernier rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), cet écart s’est considérablement rétréci. Une bonne partie du milliard virtuel s’est ainsi envolée.

Il est heureux que la CAQ n’ait pas inclus cette somme dans son cadre financier. Mais c’est le principe même de cette parité que le gouvernement Legault doit remettre en cause.

Chargé des négociations avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, attend, d’ici le 1er septembre, les résultats d’une étude approfondie, commandée à l’ICIS, qui tiendra compte de l’ensemble des éléments de l’équation : le coût de la vie plus faible ici ainsi que les différences touchant la productivité et la pratique.

Pour la FMSQ, il s’agit d’une bonne nouvelle : sa présidente, Diane Francoeur, a répété que ses membres ne sont pas trop payés et que le gouvernement Legault « manquera d’arguments ». Pour les contribuables, et pour le réseau de la santé dans son ensemble et ses usagers, il en va tout autrement.

C’est d’autant plus vrai que l’entente avec les médecins prévoit que les résultats de cette étude ne peuvent conduire à une baisse de leur rémunération, seulement à une hausse, ce qu’a vilement accepté le gouvernement Couillard.

Cet accaparement éhonté de fonds publics au profit d’un puissant lobby ne fait qu’accentuer l’iniquité que subissent les autres professionnels du réseau. Tandis que notre caste médicale touche le pactole, les infirmières continuent d’être moins bien payées que leurs consoeurs de l’Ontario.

Il faut sortir de cette logique viciée de la parité financière entre les médecins québécois et ontariens. Même s’il sera difficile de remettre le dentifrice dans le tube pressé par le gouvernement libéral, l’État québécois doit revoir cette rémunération aussi injuste qu’excessive. Les Québécois se sont dotés d’une société plus égalitaire qu’ailleurs en Amérique du Nord et les médecins en font partie. Le gouvernement Legault a promis qu’il ne céderait pas aux lobbies : la prochaine négociation avec les médecins spécialistes est une belle occasion de prouver qu’il ne s’agit pas seulement d’un slogan populiste.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

7 commentaires
  • Marguerite Paradis - Inscrite 11 février 2019 06 h 42

    EN FINIR AVEC LE SYSTÈME DE MALADIE

    Il serait « urgent » de mettre la Santé au coeur du système québécois, et, la Santé, c'est plus que du bonbon, c'est-à-dire des médicaments et un médecin de famille.
    La Santé ce sont entre autres des conditions de vie adéquates : logement, revenu, conditions de travail, etc.

  • Brigitte Girard - Inscrite 11 février 2019 07 h 47

    Mise en garde

    M.Dutrisac, c'est avec intérêt que je lis vos éditoriaux et encore une fois j'apprécie la justesse de vos commentaires qui tiennent compte du contexte et des éléments entourant un sujet. Bravo pour votre analyse et merci de suivre ce dossier.

    • Pierre Bernier - Abonné 11 février 2019 12 h 05

      Effectivement,"il faut sortir de cette logique viciée de la parité financière entre les médecins québécois et ontariens."... ou États-Uniens !

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 février 2019 09 h 56

    Super édito. Je suis d'accord à 100 %

    Les millionnaires du stéthoscope me font gerber.

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 11 février 2019 10 h 02

    Adieu veaux, vaches, cochons, couvée

    Le cadre financier des promesses caquistes était très optimiste.

    Comme tout bon parti de droite, la CAQ va se dépêcher d’accorder les baisses de taxes promises (qui profitent surtout aux riches). Puis quand viendra le temps de réaliser les autres promesses, on prétextera le manque d’argent pour y renoncer.

    Déjà la défaite inévitable de Legault au sujet de la déclaration fiscale unique, c’est 500 millions$ de moins. Et le milliard de dollars qu’on devait aller chercher dans poches des médecins, eh bien, il restera dans leurs poches.

    Donc il faudra sacrifier 1,5 milliard$ de promesses. Toutes des bonnes choses auxquelles la CAQ — la mort dans l’âme — devra renoncer par la faute du méchant Justin Trudeau et de la vilaine Ontario.

  • Placide Couture - Inscrit 11 février 2019 10 h 59

    Rétablir l'équité salariale.

    Je crois qu’il faut absolument revoir à la baisse cette entente qui détourne les fonds publics vers les plus riches de notre société. Il faut qu’il y ait une justice distributive entre les travailleurs de l’état dont font partie les médecins. J’insiste, les médecins ne sont pas des entrepreneurs autonomes, mais des travailleurs de l’état québécois. Quoiqu’en dit le PLQ, la médecine n’est pas un commerce, mais un service public. La rémunération à l’acte est une aberration, sinon qu’on applique le modèle à tous les autres travailleurs. De plus, leurs privilèges fiscaux doivent disparaitre au plus vite, c’est un vol des ressources publiques. Il y a dans la rémunération des médecins québécois une injustice profonde à l’égard des autres travailleurs de l’état et des citoyens en général qui paient leurs salaires. Jamais, au grand jamais, le salaire d’un médecin ne devrait valoir dix fois celui d’un enseignant ou d’une infirmière. Le gouvernement Legault doit corriger cette injustice créée par un défunt gouvernement libéral de médecins par des médecins et pour des médecins. Cette absurdité et cette injustice doivent cesser.