Le devoir de débattre autour de «SLĀV»

La controverse entourant le tristement célèbre SLĀV offre au moins une certitude, noyée dans un lot de faux pas : le Québec éprouve un besoin criant de tenir une véritable conversation sur les différentes identités qui le composent. En choisissant de s’extraire du dialogue polarisé qui fait rage sur la place publique depuis plus d’une semaine, les créateurs et hôtes du spectacle SLĀV ont lamentablement échoué dans ce qui aurait dû être leur premier rôle, celui d’animateur des consciences.

Que leur faut-il, aux Robert Lepage, Betty Bonifassi et Festival international de jazz de Montréal (FIJM) de ce monde, pour participer à un débat qui sans leur voix essentielle tourne à vide ? Hormis quelques communiqués laconiques et truffés de clichés, un écho ou deux sur les réseaux sociaux, on a eu droit à un silence radio désolant. Ce fut un raté de communication inexplicable.

Les détracteurs de SLĀV ont réclamé à juste titre des explications, outrés qu’on ait pu mettre en scène des femmes blanches personnifiant des esclaves noires au labeur dans des champs de coton. Une erreur qui a conduit le musicien afro-américain Moses Sumney à annuler sa présence au FIJM. Son objection de conscience, relayée sur la planète musique sur un air de très mauvaise publicité, a eu raison, disons-le, de SLĀV. Le FIJM a battu en retraite, et cela est fort dommage. Seules trois représentations auront eu lieu plutôt que les seize initialement prévues.

La sous-représentativité de la communauté noire sur scène est au coeur du problème, bien plus que la possibilité pour un metteur en scène et une musicienne à la peau blanche de présenter une oeuvre plongeant aux racines de l’esclavagisme, ce qu’ils pouvaient tout à fait se permettre.

Ni la maladresse ni l’oubli ne peuvent expliquer que la distribution n’ait compté que deux femmes noires, surtout lorsque l’on sait que certains — l’artiste Aly Ndiaye, alias Webster — avaient pointé ce non-sens. « Ça fait maintenant plusieurs années que les gens de la communauté noire dénoncent un grand manque de diversité dans l’espace médiatico-culturel québécois. Maintenant qu’une pièce à propos d’une expérience traumatique vécue par les Noirs en Amérique est mise sur pied, ce sont des Blancs qui doivent avoir la majorité des rôles ? Voilà ainsi le problème exposé dans son entièreté », écrivait Webster il y a une semaine. Pour expliquer cette distribution, le couvert du « village global » fut avancé, hélas. C’est plus que de l’insensibilité, cela frôle l’insulte. Rien d’étonnant à ce que cela provoque la colère des absents.

Les institutions culturelles — le FIJM, Lepage et Ex Machina — ne peuvent laisser un spectacle parler pour lui-même, surtout lorsqu’il embrasse une matière aussi délicate que l’oppression dans l’histoire de certaines communautés, à commencer par les Noirs. Avec l’acte de création vient un devoir de débattre. La nature des échanges, tantôt explosifs et outranciers, ailleurs posés et nourrissants, a démontré un évident besoin de converser réellement sur ce sujet… d’actualité !

Faute d’un débat véritable, les fossés se creusent. On a vu ressurgir celui entre francophones et anglophones, ces derniers à l’évidence plus aptes à composer avec des réflexions identitaires qui englobent la diversité. On a vu les tenants d’un certain discours sur l’universalisme excuser de boiteux clichés au nom d’une poésie de l’humain. On a aussi vu les détracteurs de l’appropriation culturelle sombrer dans des excès inacceptables en criant au racisme et au suprémacisme blanc.

Si un jour les créateurs brisent le silence, ils pourraient nous renseigner sur une évidence : dans le Québec d’aujourd’hui, marqué comme toutes les nations du monde par des réflexions alliant identité et diversité, comment n’ont-ils pas vu poindre la controverse ?

À voir en vidéo