Le jour de la marmotte

Comme une vieille chanson dont tout le monde aurait oublié les paroles, voilà que la privatisation de la Société des alcools refait surface. Qu’on en reparle, pourquoi pas, mais qu’on se rappelle au moins les raisons qui ont conduit à l’abandon répété de cette mauvaise bonne idée par le passé.

Il y a 35 ans, le ministre de l’Industrie du gouvernement Lévesque, Rodrigue Biron, annonçait la mise en vente de plus d’une centaine de succursales de la SAQ à des coopératives privées dans le but d’en tirer quelques dizaines de millions. Dix années plus tard, un juge ordonnait qu’on indemnise les groupes ayant répondu à l’appel d’offres puisque les libéraux revenus au pouvoir avaient mis fin à cette opération vouée à l’échec.

Les raisons de cet échec : d’abord, l’opposition acharnée des employés syndiqués, ensuite et surtout le peu d’appétit du privé pour les succursales moins rentables, que la SAQ aurait dû conserver.

Qu’à cela ne tienne, l’idée de privatiser la SAQ en totalité ou en partie refait surface sous divers prétextes tous les cinq ans en moyenne.

À quelques mois des élections, la CAQ est revenue à la charge sur ce sujet qui lui est cher, ce qui a incité les libéraux à commander une étude sommaire sur l’avenir de la SAQ, dont les conclusions devraient être connues à la fin de l’été.

Le nerf de la guerre, on le devine, ce sont les profits. Des 3 milliards de ventes qu’elle enregistre en une année, la SAQ verse le tiers en dividendes à l’État, sans compter les taxes qui totalisent un autre milliard partagé entre Québec (600 millions) et Ottawa.

En privatisant la SAQ, Québec se priverait donc d’un milliard de revenus nets par année, à moins d’imposer une taxe supplémentaire équivalente sur les produits désormais vendus par les dépanneurs, les grandes chaînes d’alimentation ou un nouveau monopole privé.

Cela n’est pas impossible, mais quels seraient les avantages d’agir ainsi ?

Les défenseurs de la privatisation parlent d’une plus grande variété de produits que les 13 500 offerts par la SAQ. À l’échelle de tout le territoire, peut-être, mais certainement pas à l’échelle de chaque ville du Québec, puisque la rentabilité des Couche-Tard, Costco, Walmart ou Metro passe désormais par la réduction des stocks et de la variété, non pas l’inverse.

De deux choses l’une, ou le monopole public est remplacé par une ou quelques chaînes privées et on ne peut pas s’attendre à plus de variétés ; ou il est remplacé par une multitude de petits commerces et l’offre améliorée est réservée aux zones densément peuplées, comme Montréal.

Par ailleurs, il est difficile d’imaginer que l’État puisse retirer la pleine valeur que représente l’actuel monopole. Encore là, de deux choses l’une : ou le monopole est vendu tel quel, centres de distribution, succursales, employés, etc., pour un prix astronomique qu’aucune société privée n’est prête à payer à moins d’être assurée d’un monopole à son tour ; ou la SAQ est scindée en plusieurs entités concurrentes, et la somme totale tirée de l’opération est bien en deçà de la valeur actuelle de la SAQ pour les contribuables.

Un politicien a déjà proposé de céder l’entreprise à la valeur de ses actifs, qui étaient de 779 millions en 2016. Un prix de liquidation, sans jeu de mots, puisque la société génère beaucoup plus de profits en une seule année. Parlons plutôt d’un prix de vente d’au moins dix à quinze années de profits prévisibles, soit entre 10 et 15 milliards. Qui serait prêt à payer cette somme sans avoir le monopole tout en s’engageant à respecter les conventions collectives des employés et à offrir le service partout au Québec ? Il faudrait donc couper la poire en quartiers pour trouver un acheteur. Mais alors, cela ne vaudrait plus le coup pour les contribuables. L’option la plus réaliste réside sans doute dans la modernisation continue des pratiques de la SAQ, tant au chapitre des ventes que de la productivité de l’organisation, afin d’aller au-devant des attentes des consommateurs et d’améliorer la rentabilité pour les contribuables.

Déjà est-il possible de commander des produits spécialisés en passant par un importateur indépendant, ce qui est aussi le cas des restaurants. Peut-on aller plus loin en autorisant l’ouverture de boutiques spécialisées indépendantes, concurrentes des succursales de la SAQ ?

La SAQ nous appartient collectivement et elle rapporte beaucoup. Rien ne justifie d’en faire cadeau à des investisseurs privés.

À voir en vidéo