Quel féminisme?

Quelle est votre vision du féminisme ? C’est la question que posait Condition féminine Canada (CFC) pour souligner la Journée internationale des femmes, la semaine dernière. Pour l’occasion et pour lancer sa campagne #MonFéminisme, CFC a produit cinq vignettes publicitaires où cinq personnes partagent en quelques mots leur point de vue.

Une femme dit que, pour elle, le féminisme, c’est « faire entendre sa voix », une autre, que « la peur, ça suffit » et une troisième, que c’est repousser « les limites du possible ». Un homme se présente comme un « allié de l’égalité entre les sexes ». Et il y a la cinquième vignette qui montre une jeune femme portant un hidjab et qui affirme que son féminisme « veut dire l’égalité pour toutes et tous ».

Cette dernière publicité a fait des vagues, même choqué, non sans raison. Une telle image aurait été pertinente pour revendiquer l’égalité de traitement des minorités religieuses. Ou encore pour promouvoir la participation de toutes les femmes à ce débat, sans égard à leur statut économique, à leur origine ou à leur religion. Mais pour promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes ?

Le port du hidjab est le symbole le plus connu de la différence de traitement entre hommes et femmes au sein de l’Islam. Un courant important y soutient que les femmes, et non les hommes, doivent se soumettre à des contraintes vestimentaires, l’envers du message que CFC a associé à cette femme.

Cette dernière est peut-être féministe, là n’est pas la question. Et il ne s’agit pas non plus de mettre en doute la liberté de choix des femmes de porter ce qu’elles veulent, y compris des symboles religieux. L’exercice de cette liberté de choix que défendent les féministes ne veut toutefois pas dire que les choix sont, eux, féministes. Le choix du hidjab ne peut l’être puisqu’il exprime l’acceptation d’une inégalité entre les sexes, comme le sont bien d’autres pratiques et symboles religieux, pas seulement musulmans.

Il est important de rappeler que la liberté de choix invoquée pour défendre le port du hidjab a un corollaire qui est la liberté des filles et des femmes de choisir de ne pas le porter. Or cette liberté n’est pas toujours respectée, parfois au prix de la sécurité physique de ces femmes et jeunes filles. Et que dire du message que le Canada envoie ainsi à l’étranger où, en Iran et en Arabie saoudite, des femmes se battent contre l’obligation de porter le voile ?

Avec cette vignette, CFC fait preuve de confusion, mêlant lutte pour l’égalité des femmes et celle pour l’égalité de traitement des minorités religieuses. CFC veut se montrer inclusive, ce qui est bien, mais cela ne doit pas se faire au détriment d’une défense cohérente de l’égalité entre hommes et femmes.

21 commentaires
  • Jacques Lamarche - Abonné 15 mars 2018 05 h 14

    Une forme de propagande!

    Il aurait été indécent que CFC présente le voile comme symbole d'égalité. Mais par la bande, l'organisme canadien y est arrivé.

    Par ce sondage et une vignette qui engendre la confusion, essentiellement il cherche à promouvoir un multiculturalisme qui permet toutes les tolérances, même celle envers l'infériorisationde la femme musulmane! Une faute indigne et infâme qui entraînera encore plus d'incompréhension et créera d'autres obstacles sur la route de l'égalité!

    • Nadia Alexan - Abonnée 15 mars 2018 09 h 59

      Merci infiniment à madame Manon Cornelier d’avoir pris position contre l'instrumentalisation du hijab comme symbole de féminisme. On retrouve la même hypocrisie auprès des organisations islamistes qui se réclament de la laïcité. C'est le monde à l'envers.
      La gauche, qui a toujours défendu les femmes de l'emprise de la religion a perdu ses repères, en appuyant ses dérives du féminisme. Rappelons qu'ils trahissent toutes les féministes arabes, qui se battent pour la liberté de ne pas porter ce vêtement de honte, symbole de l'infériorisation de la femme.

    • Serge Lamarche - Abonné 15 mars 2018 14 h 57

      Je crois que la confusion est généralisée dans la gent féminine. Le féminisme ne veut plus rien dire.

  • Jean Duchesneau - Abonné 15 mars 2018 07 h 26

    Le voile du mariage PLC et QS

    « Le port du hidjab est le symbole le plus connu de la différence de traitement entre hommes et femmes au sein de l’Islam. »

    Et le hidjab est devenu le symbole du multiculturalisme trudeauiste et des islamogauchistes chez QS.

    Au fait, qu’en pense Manon Massé?

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 15 mars 2018 22 h 49

      Mme Massé vous répondra peut-etre qu'elle soutient Maduro au Vénézuéla.ou rien....

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 15 mars 2018 08 h 06

    La liberté de se soumettre est une perversion

    « Une jeune femme portant un hidjab (...) qui affirme que son féminisme ''veut dire l’égalité pour toutes et tous'' »

    Elle pervertit la liberté si elle l'utilise pour se soumettre.

  • Louise Melançon - Abonnée 15 mars 2018 09 h 34

    égalité, liberté de religion?

    Ce qui me choque le plus, c'est que les femmes qui portent le voile le font dans un pays où l'égalité des hommes et des femmes est promue, et se développe de plous en plus, alors que dans des pays musulmans des femmes se battent pour avoir la liberté de porter un voile au nom de la religion....

    • Serge Lamarche - Abonné 15 mars 2018 15 h 02

      Ce n'est pas si choquant quand on réféchit psychologiquement. Les femmes qui se battent pour ne pas porter le bidule dans les pays musulmans sont les mêmes qui veulent le porter ici. Elles sont toutes contre l'autorité, des rebelles! Elles aiment les interdits.

  • Daniel Ouellette - Abonné 15 mars 2018 10 h 13

    Liberté de choix ne signifie n'est pas le synonyme d'un choix féministe

    Merci mme Cornelier, je reprend simplement un extrait de votre texte, tellement il est éloquent...
    "L’exercice de cette liberté de choix que défendent les féministes ne veut toutefois pas dire que les choix sont, eux, féministes. Le choix du hidjab ne peut l’être puisqu’il exprime l’acceptation d’une inégalité entre les sexes, comme le sont bien d’autres pratiques et symboles religieux, pas seulement musulmans."

    • Serge Lamarche - Abonné 16 mars 2018 02 h 01

      Les féministes défendent aussi le choix des femmes à l'avortement.

    • Serge Lamarche - Abonné 16 mars 2018 15 h 42

      Les prostituées defendent aussi leurs choix.