Valoriser la profession d’enseignant

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) est aux prises avec une sérieuse pénurie de suppléants, tellement qu’elle doit embaucher des enseignants non qualifiés. Or cette pénurie spécifique est la pointe de l’iceberg. La CSDM, mais également d’autres commissions scolaires, a du mal à recruter de nouveaux enseignants. Il faut améliorer le sort des recrues, mais aussi s’atteler à valoriser la profession.

Le Devoir nous apprenait cette semaine que la CSDM recrute des suppléants « non légalement qualifiés » pour des remplacements de moins de cinq jours. Jusqu’ici, elle pouvait compter sur un nombre suffisant d’enseignants brevetés ou encore d’étudiants en éducation pour effectuer ces remplacements. Mais compte tenu de la pénurie qui affecte les enseignants en général, les suppléants se font rares.

La CSDM, avec la collaboration de l’Université de Montréal, semble avoir trouvé une solution pour la rentrée scolaire de l’automne. Le Centre de formation des maîtres de l’UdeM aménagera les horaires de ses cours pour permettre à ses finissants de faire de la suppléance le jour sans nuire à leurs études. Et pour la première fois, leur stage final sera rémunéré.

Les commissions scolaires s’arrachent les candidats, fait-on valoir à la CSDM. La situation n’est pas tout à fait nouvelle : la baisse des ratios au primaire en 2009 avait créé une certaine rareté. Le mini-baby-boom d’il y a quelques années a contribué à la pénurie actuelle, mais l’afflux des enfants d’immigrants dans les écoles, notamment en raison de l’accueil de réfugiés, l’a aggravée.

Pour l’ensemble du Québec, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a annoncé l’engagement de 2000 enseignants et autres professionnels, mais on peut se demander si les commissions scolaires parviendront à en faire l’embauche rapidement.

En même temps, un grand nombre d’enseignants, en raison des mauvaises conditions de pratique de leur profession, l’abandonnent. Selon une étude du ministère de l’Éducation, entre 25 % et 30 % des enseignantes quittent le métier après une année en poste. C’est non seulement un gaspillage des fonds publics, mais aussi un gâchis sur le plan des ressources humaines.

Il faut dire que les commissions scolaires confient aux nouveaux venus les classes les plus difficiles en raison des règles d’ancienneté ; les tâches les plus exigeantes sont ainsi réservées aux enseignants les moins expérimentés. Nombre d’entre eux doivent se contenter d’un statut précaire et n’obtiennent un poste permanent qu’après plusieurs années : ils sont ballottés d’école en école, n’apprenant qu’en août où ils enseigneront et quelle matière ils enseigneront.

Parmi les pistes de solution figurent les mesures pour améliorer l’intégration des finissants en éducation. Le mentorat des jeunes enseignants pourrait donner de bons résultats.

Comme de plus en plus d’élèves en difficulté se retrouvent dans les classes normales, les enseignants doivent compter sur le concours de professionnels pour les appuyer. Après les compressions dont il est responsable, le gouvernement Couillard semble avoir compris le message. Encore faut-il dénicher les ressources spécialisées.

Si l’éducation doit devenir une priorité nationale — à l’approche des élections, tous les partis rivalisent de promesses à ce sujet —, la valorisation de la profession d’enseignant s’impose. Cela passe peut-être par une meilleure rémunération, mais surtout par un soutien et des conditions de pratique à la hauteur de la vocation. Et c’est toute la société qui est concernée : les enseignantes, car ce sont surtout des femmes, méritent que nous leur accordions un plus grand prestige social.

À voir en vidéo