Iran: désaveu cinglant pour un régime usé

Les récents soulèvements populaires en Iran marquent un tournant pour le régime islamique. Les ayatollahs subissent les foudres des classes ouvrière et rurale qui leur étaient historiquement acquises.

Chômage, inflation et corruption. Ce mélange toxique est à la source des soulèvements qui ont secoué la République islamique d’Iran depuis une semaine. Dans une quarantaine de villes, des Iraniens laissés pour compte ont crié leur profonde insatisfaction et leur ras-le-bol à l’égard d’une théocratie qui, après presque 40 ans de pouvoir sans partage, n’a pas livré ses promesses.

Le taux de chômage chez les jeunes atteint des proportions stratosphériques. L’économie est contrôlée en large partie par l’État. Hors du cercle des ayatollahs, il n’y a point de salut pour l’entreprise privée. Malgré ses promesses, le président Hassan Rohani n’a pas réussi à libéraliser un tant soit peu l’économie et à assurer l’épanouissement d’une société civile indépendante.

Il est maintenant question de la « révolution des oeufs ». En effet, les récents soulèvements découlent d’une série de mesures néfastes pour les moins nantis de la société iranienne : diminution des rentes aux pauvres et aux retraités, augmentation du prix de l’essence et des oeufs, adoption prochaine d’un budget d’austérité. Ce sont donc principalement les femmes, les jeunes, les ouvriers et les membres des classes populaires qui ont pris part à la contestation. Le mouvement, que l’on dit sans chef de file, a pris son envol sur Telegram, l’une des applications les plus populaires d’Iran, que le régime a bloquée temporairement au plus fort de la crise.

Les manifestants ont pris pour cible des symboles du pouvoir théocratique : bâtiments publics, centres religieux, banques et locaux de milices islamiques du régime. Il s’agit bel et bien d’une charge contre les excès du régime. C’est l’idée même de la Révolution islamique de 1979 que les protestataires ont défiée par leurs actions.

Ces troubles intérieurs surviennent alors que l’Iran multiplie les gains géopolitiques dans son affrontement avec l’Arabie saoudite pour la domination régionale au Moyen-Orient, comme le rappelle Alain Frachon dans Le Monde. « La République islamique d’Iran savoure sa victoire en Syrie. Son influence est primordiale en Irak. Elle tient une partie du pouvoir au Liban, écrit-il. L’Iran sort en position de force des années de guerre qui ont ravagé le Moyen-Orient. »

Cette domination régionale n’aide en rien les Iraniens qui, à l’échelle nationale, composent avec le chômage, l’inflation et la corruption. Aucun régime, qu’il soit théocratique, démocratique ou monarchique, n’échappe à la contestation lorsqu’il est confronté à de tels problèmes.

D’aucuns espèrent un nouveau Printemps arabe en Iran. C’est mal connaître le caractère impitoyable du régime de l’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution islamique. Les révolutions naissent différemment, mais elles finissent toutes dans la répression sanglante en Iran. Mercredi, le chef des Gardiens de la révolution, le général Mohammad Ali Jafari, a annoncé « la fin de la sédition ». L’heure est maintenant aux représailles. Près de 450 personnes ont été arrêtées. Les appels « à la retenue et à l’apaisement » formulés par le président français, Emmanuel Macron, n’empêcheront pas le régime de punir ceux que l’ayatollah Khamenei a qualifiés d’« ennemis » de l’Iran.

La situation exige une vigilance de tous les instants, ainsi qu’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, réclamée par le gouvernement Trump et qui aura lieu vendredi. « Nous ne devons pas être silencieux, le peuple d’Iran réclame sa liberté », a dit avec justesse l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.

Le président américain arrivera-t-il à fournir une réponse mesurée au problème iranien ? La société iranienne est loin d’être monolithique. Elle aspire depuis longtemps à des réformes axées sur la primauté du droit et l’imputabilité du gouvernement. Et pour la première fois depuis 1979, les porteurs du flambeau réformiste ne proviennent pas de la classe moyenne et des élites universitaires. Ils sont issus de la base et des régions rurales que le régime tenait pour acquises. C’est bien la preuve que les ayatollahs ont épuisé la patience de tout le peuple iranien.

Les sanctions et la poursuite de la ligne dure favoriseront le maintien des religieux au pouvoir. L’action internationale doit concourir à soutenir le peuple iranien dans son désir de se libérer d’une théocratie usée.

15 commentaires
  • Serge Pelletier - Abonné 5 janvier 2018 02 h 48

    Promesses??? Où et quand ça les promesses...

    Pourquoi écrire que ce régime "n’a pas livré ses promesses". Les ayatollahs, depuis la prise de pouvoir en 79, n'ont jamais fait quelques promesses qu'elles soient.

    Le peuple Iranien des années 70 s'était soulevé contre le régime de Mohammad Reza Pahlavi Aryamehr parce que celui-ci voulait faire entrer à pas accélérés le pays dans la modernité, non pas parce que le régime était corrompu... cette lutte à la corruption était accessoire. C'était la modernité, uniquement la modernité qui était en cause.

    Quant à l'ayatollah Rouhollah Moussavi Khomeini, il en est devenu le "phare" réactionnaire et religieux par défaut... sa plus grande et seule réussite fut de réussir à convaincre les populations musulmanes que le port du voile (peut importe le type) était une obligation faite aux femmes qui était inscrite au Coran (ce qui est faux), d'une part, et d'autre par, que cela fait partie intégrante de leur identité. Depuis, tous les pays islamiques sont aux prises avec ce mouvement réactionnaire.

    Khomeini et ses successeurs n'ont jamais promis rien, de rien pour la société iranienne. Aucun changement par raport à la corruption, auncun changement par rapport aux droits de l'homme, aucun changement dans quoi qu'il soit - si ce n'est la primauté du religieux sur tout.

    En fait, comme l'écrivait Chateaubriand dans Mémoires d'outre-tombe: " une classe dirigeante connaît trois âges: l'âge des supériorités, l'âge des privilèges, l'âge des vanités. Sortie du premier, elle dégénère dans le deuxième et s'éteint dans la troisième".

    Or, on est loin de l'écroulement de la classe dirigeante actuelle - elle en est encore à la première ère: des supériorités. Pire, il n'y a même pas de candidat de direction en remplacement...

    • Jacques Lamarche - Abonné 5 janvier 2018 09 h 04

      En effet, il est étonnant que M. Myles parle d'un régime qui serait légitime et capable de progrès social et de justice!!! Il n'est point usé. Il n'a été qu'une dictature fondée sur des prétentions religieuses et n'avait rien à promettre au peuple!

  • Jacques Lamarche - Abonné 5 janvier 2018 04 h 15

    Une théocratie usée! Une théocratie, point!

    Comment une théocratie pourrait-elle ne pas être usée tant elle va à l'encontre de tous les principes de liberté, d'égalité, de justice, ... défendus par la démocratie!

    En Iran, elle a conduit à une misère qui fait peur, à une corruption qui fait horreur, mais aussi à un puissant pouvoir politique qui à l'extérieur fait fureur!

    M. Macron, qui reçoit aujourd'hui le président iranien, n'aura pas la tâche facile. Comment pourra-t-il en même temps défendre les intérêts politiques et économiques de la France et le sort des Iraniens qui subissent depuis quarante ans les affres d'un régime despotique? Il serait désolant qu'il ne place pas la question des droits de l'homme au coeur de son entretien!

    • Jacques Lamarche - Abonné 5 janvier 2018 08 h 49

      Désolé! Le président Macron rencontre plutôt le président turque! Mais son dilemne demeure le même! Dans le deux cas, la terreur et la misère règnent!

  • Michel Lebel - Abonné 5 janvier 2018 08 h 58

    Le président turc


    À ce que je sache, le président Macron reçoit aujourd'hui son homologue turc Erdogan et non le président iranien! Pourquoi Macron reçoit à ce moment-ci Erdogan demeure pour moi un mystère. Erdogan, qui est devenu le sosie de Poutine! Et les droits de l'homme?

    M.L.

  • Pierre Lalongé - Abonné 5 janvier 2018 09 h 10

    Commentaire déplacé!

    Dans votre éditorial, il n'était vraiment pas nécessaire de mentionner que l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley avait dit avec justesse que nous ne devions pas être silencieux.

    Les USA ont perdu toute crédibilité depuis qu'ils se sont allignés sur les positions de l'Arabie Saoudite et d'Israël.

    • Pierre Robineault - Abonné 5 janvier 2018 12 h 21

      Il fallait le dire!
      Et Trump qui continue de mettre au ban l'Iran dans sa liste des pays interdits d'entrée aux USA ... tout en soutenant le peuple iranien!

  • François Beaulé - Abonné 5 janvier 2018 09 h 17

    « soutenir le peuple iranien dans son désir de se libérer »

    On ne désigne plus, ou très rarement, les Québécois par les mots « peuple québécois ». Peut-être parce que les Québécois sont tellement libérés que leur peuple a disparu !