Corée du Nord: la loi des missiles

Nouvelle séance d’empoignade nucléo-rhétorique entre Donald Trump et Kim Jong-un. Le tir de missile effectué mardi par Pyongyang vient reconfirmer que les capacités nucléaires et balistiques nord-coréennes ne cessent d’être perfectionnées. Il n’entre malheureusement pas dans la tête du président américain qu’il aurait intérêt à faire avec et qu’il est maintenant trop tard pour exiger avant toute chose la dénucléarisation militaire de la Corée du Nord.

Le missile intercontinental — le Hwasong-15 — aurait atteint une altitude record de plus 4400 km avant de s’abîmer en mer du Japon à 950 km du site de lancement. Des experts ont évalué sa portée potentielle à 13 000 km, soit près du tiers de la circonférence de la Terre. Par comparaison, la portée du missile balistique conçu par les États-Unis (le Minuteman) est de 9600 km. Le dictateur nord-coréen ne fait pas que de l’esbroufe en affirmant que son nouveau missile serait capable de frapper n’importe où aux États-Unis. Et donc aussi au Canada, il va sans dire.

C’est ainsi que Pyongyang ajoute une corde à l’arc de son dispositif dissuasif. Et qu’en dit M. Trump : « Je vais m’en occuper. » Ce qui n’est pas de nature à inspirer confiance. S’en occuper comment ? En promettant l’adoption, dans l’immédiat, d’un énième train de « sanctions importantes », alors que, pour plusieurs raisons dont l’ambivalence chinoise n’est pas la moindre, les mesures punitives appliquées depuis dix ans n’ont pas réussi à faire plier la Corée du Nord.

Ce nouvel épisode aurait pu être évité si Washington n’avait pas décidé, il y a dix jours, de réinscrire la Corée du Nord sur la liste noire des « États soutenant le terrorisme ». Mais cela n’aurait pas ralenti, comme on peut le constater, la démentielle fuite en avant nucléaire du régime nord-coréen. Fuite en avant d’autant plus démentielle qu’elle se fait sur le dos d’un peuple exsangue. Kim Jong-un fait, lui, le pari que les États-Unis vont finir, à force de provocations, par accepter de s’engager dans un processus de normalisation, fondé sur la reconnaissance du statut nucléaire nord-coréen.

D’où impasse. Les risques d’une déflagration nucléaire s’en trouvent-ils accrus ? À l’évidence. Il n’est pas interdit, en tout cas, de penser que Washington décidera de déclencher contre la Corée du Nord des frappes traditionnelles ciblées. Dans ce contexte, la conférence internationale sur la Corée du Nord — aux contours pour l’heure imprécis — dont le Canada et les États-Unis ont annoncé l’organisation mardi soir pour tenter de désamorcer le conflit est une initiative certes utile. Reste que pour sortir de la crise actuelle, il faudra que soient faits des efforts diplomatiques autrement plus grands que ceux qui ont été déployés jusqu’à maintenant.

14 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 30 novembre 2017 01 h 26

    Qu'un mauvais moment a passer

    quel effonté que ce Jong-un, mais ne faut-il pas que cette provocation soit faite, ne disons nous pas que si l'on veux la paix il faut préparer la guerre, du moins n'est- ce pas ce que dit le dicton, vous imaginer le résultat si Donald Trump était laissé a lui-même, combien d'année encore aurons-nous a endurer ce mégalo , peut-être que les gens de l'extême droite américaine ont-ils besoin d'un tel leader,n'est il pas connu qu'un vrai leader ne fait jamais de concessions, n'est ce pas comme ca que les anglais ont dominés le monde, enfin , peut-être est-ce seulement qu'un mauvais moment a passer

  • Pierre-Yves Beauchemin - Inscrit 30 novembre 2017 05 h 23

    Confus

    Intéressant article, merci M. Taillefer.

    Je suis confus quant à l'altitude qu'atteignent les missiles Hwasong-15 qui serait de 4,400 km... alors que la station spatiale internationale se situe à 408 km d'altitude?! Est-ce que quelqu'un aurait d'avantage d'information?

    Merci,
    Pierre-Yves

    • Sylvain Auclair - Abonné 30 novembre 2017 12 h 36

      Les missiles ne vont pas à une vitesse orbitale; ils retombent sur la Terre.

  • Michel Lebel - Abonné 30 novembre 2017 06 h 24

    Une solution diplomatique


    Deux êtres déséquilibrés comme Trump et Kim Jong-un: tout, en théorie et en pratique, peut arriver. Il faut espérer que leur entourage les encadrera, les raisonnera, pour éviter le pire. La seule véritable solution ne peut être que diplomatique. Toute conférence internationale pour faire baisser la tension, voire trouver des pistes de solution, ne peut qu'être appuyée. Il me semble que le temps presse.


    Michel Lebel

  • Lise Bélanger - Abonnée 30 novembre 2017 07 h 40

    Pourquoi le peuple nord-coréen ne se révolte-t-il pas contre ce fou de Kim Jong-un? Pourquoi les soldats ne se rebellent-ils pas? Pourquoi le peuple et l'armée se s'organisent-ils pas contre ce dément?

    • Luciano Buono - Abonné 30 novembre 2017 10 h 20

      @Lise Bélanger. Je vous suggère de lire la BD Pyongyang de Guy Delisle pour avoir un début de commencement de perspective sur la situation d'aliénation du peuple nord-coréen.

    • Sylvain Auclair - Abonné 30 novembre 2017 12 h 38

      Les États-Unis sont déjà rasé la Corée du Nord lors de la guerre de Corée (l'armée américaine a affirmé qu'il ne restait plus rien à bombarder). On peut comprendre que le gouvernement nord-coréen veuille éviter que ça se répète, surtout avec les manœuvres navales que les États-Unis font régulièrement avec leurs alliés dans les eaux limitrophes à la Corée du Nord. En fait, tout ce que demande la Corée du Nord, c'est la fin de ces manœuvres, mais les États-Unis refusent.

    • Pierre Fortin - Abonné 30 novembre 2017 17 h 59

      J'ose vous faire une suggestion pour en savoir pas mal plus sur la Corée du Nord : une conférence à la Sorbonne par le Professeur Robert Charvin. L'homme est honnête et sa réflexion est profonde; on ne peut qu'apprendre, comprendre et découvrir de profondes nuances incontournables.

      La vidéo : https://vimeo.com/185489037

      Sujet : « Le 1er octobre 2016, le Professeur Robert Charvin, ancien doyen de la faculté de droit de Nice et par ailleurs vice-président de l’Association d’amitié franco-coréenne (AAFC), est intervenu à l’amphithéâtre Lefebvre de la Sorbonne, dans le cadre du séminaire “Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre”, organisé notamment par le Professeur Jean Salem. En traitant le thème “Comment peut-on être Coréen du Nord… ou Russe ? L’escamotage de la géopolitique” devant un public de 80 personnes, Robert Charvin est revenu sur une question qu’il a abordée dans plusieurs de ses ouvrages, notamment Comment peut-on être Coréen (du Nord) ? et Faut-il détester la Russie ? Nous présentons ci-après le point de vue de Robert Charvin. »

    • Serge Côté - Abonné 1 décembre 2017 19 h 38

      Je suggère de lire aussi la BD
      L'Anniversaire de Kim Jong-il d'Aurélien Ducoudray, paru en 2016. Pas jojo et moins léger que la BD de Delisle, par ailleurs excellente!

  • Jean-Marc Simard - Abonné 30 novembre 2017 10 h 22

    Chantage nucléaire ?

    Que veux Kim-Jonc-un au juste ? Protéger son régime politique ? Faire admettre que son pays est devenu un État nucléarisé, au même titre que tous autres pays de ce monde qui possèdent l'arme nucléaire ? Se servir de cette arme pour s'attirer les faveurs de tous les pays y compris des USA ? Marchander sa menace pour regarnir les coffres du Gouvernement Nord-Coréen ? Que veux Kim-jonc-un au juste ? Montrez qu'il est aussi fort que n'importe qui, qu'il peut être aussi effronté qu'un Trump et qu'il peut montrer ses muscles ? Prendre sa revanche sur l'humiliation subie lors de la guerre de Corée ? Isoler davantage son pays ? Mais que veut-il ???

    Sa gouvernance est-elle si malheureuse, son peuple si malheureux, sa petite personne si maheureuse que le seul souhait de Kim-jonc-un est est de poser un acte suicidaire en entraînant une grande partie de sa population et de la population mondiale ?

    Pense-t-on que réellement que la solution est diplomatique comme certains le prétendent ? Kim-jonc-un a été invité à plusieurs reprises à venir s'asseoir autour d'une table diplomatique, et rien n'y fait ? Alors que reste-t-il ? Le déclenchement d'un cataclysme nucléaire ? Une riposte américaine à la façon Trump ?

    À mon avis il ne faut surtout pas que les USA posent le premier geste... Attendre que la Corée du Nord enclenche la guerre par l'envoie d'un premier missile nucléaire serait plus stratégique...

    Négocier la versement de divers montants pour soulager les finances de la Corée du Nord a déjà été essayé sans grand résultat, et le faire de nouveau serait céder et accepter un chantage ignoble, qui deviendrait très vite répétitif...La seule solution, à mon avis, est l'invasion militaire surprise opérée soit par la Chine soit par la Russie, soit par les deux pour défaire un régime politique Nord-Coréen rétrograde qui menace la paix mondiale et autoriser l'enclenchement de la réunification des deux Corées...La solution est militaire, mais non faite par les USA...