La cigale chante encore

Il y a toujours un envers à la médaille, dit cet adage qui s’applique bien à la situation économique actuelle du Québec et du Canada. PIB en hausse, chômage en baisse, inflation contenue… Tout cela comporte un prix : celui d’assister bientôt au retour des taux d’intérêt « normaux ».

Avec un taux de chômage de 6 %, soit le plus bas depuis 1976, année où Statistique Canada a remanié son questionnaire pour mieux identifier les individus au chômage, le Québec se rapproche d’une situation de plein-emploi. Dans le reste du Canada, la situation est aussi enviable, à l’exception des régions affectées par les prix déprimés des ressources.

La faiblesse du dollar canadien explique en partie la bonne performance de l’économie canadienne fortement axée sur l’exportation. Puis, il y a le fait que le Canada a été moins durement touché que les autres pays industriels par la crise de 2009 et que la confiance des consommateurs s’est maintenue à un niveau surprenant dans les circonstances.

Il y a maintenant plus de huit ans que nous n’avons pas subi de récession. Ce n’est pas la première fois que cela se produit, mais c’est la première fois que nous avons pu remonter la pente aussi rapidement après une crise.

Cela dit, tout n’est pas rose : le Canada et le Québec tirent de l’arrière en matière de gains de productivité et d’investissements des entreprises, ce qui pourrait avoir des conséquences négatives dans un avenir prévisible si le vent de protectionnisme qui souffle du sud s’amplifie.

En attendant, chacun profite de la conjoncture pour améliorer quelque peu son niveau de vie grâce à son travail, à des baisses d’impôt même légères et à des crédits plus généreux pour les familles, ou encore grâce à la performance de ses placements mobiliers et immobiliers.

L’absence d’inflation caractéristique des dernières années a permis à la Banque du Canada de maintenir les taux d’intérêt à des niveaux très bas pour soutenir une croissance anormalement faible dans les circonstances.

Du coup, malgré les augmentations salariales plutôt faibles, les ménages canadiens ont profité de l’abondance de capitaux disponibles à peu de frais pour emprunter et satisfaire leur appétit de consommateur. Mais cela pourrait changer dès la semaine prochaine alors que la Banque du Canada décidera d’augmenter ou non son taux directeur.


 

Selon une étude de l’OCDE, la dette totale des ménages canadiens a connu une augmentation presque cinq fois plus rapide que la moyenne des pays du G7. Les ménages canadiens sont ainsi devenus les plus endettés.

Une telle explosion s’explique évidemment par la faiblesse des taux et l’augmentation du prix des propriétés, mais aussi par la grande facilité des ménages à obtenir des marges de crédit adossées à la valeur de leur maison.

Alors que certains utilisent cet outil relativement nouveau pour rénover leur propriété, d’autres optent en priorité pour la consommation.

Or, contrairement aux gouvernements qui peuvent reporter indéfiniment le moment de rembourser leurs dettes, les particuliers doivent y parvenir avant la fin de leurs années actives malgré les aléas de la vie (séparation, perte d’emploi, maladie, etc.). On a la mémoire courte et huit années de croissance ininterrompue ont suffi pour nous faire oublier que nous vivons dans un système inévitablement cyclique où les crises surviennent subitement.

Comme l’explique bien le Directeur parlementaire du budget (DPB), à Ottawa, ce n’est pas tant le niveau d’endettement qui pose problème que l’importance des remboursements mensuels par rapport au revenu. Le temps des taux d’intérêt très bas tire à sa fin et, toujours selon le DPB, il faut s’attendre à ce que le service de la dette des ménages accapare une portion du revenu disponible plus importante que jamais par le passé.

Les conséquences d’une telle détérioration des finances personnelles pourraient se révéler catastrophiques pour les familles les plus endettées et celles qui subissent un choc personnel. Mais elles pourraient aussi se répercuter sur l’ensemble de l’économie en affectant le niveau de confiance des consommateurs et celui des entreprises, ou encore en faisant diminuer la valeur des propriétés sur laquelle est basée la capacité d’emprunt des consommateurs.

Depuis le temps qu’on nous prédit une hausse des taux d’intérêt et qu’on nous met en garde contre nos trous de mémoire, il ne sera pas dit que nous n’avions pas été prévenus. De là à prendre les mesures qui s’imposent avant qu’il soit trop tard, c’est une autre histoire…

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Clermont Domingue - Abonné 5 juillet 2017 07 h 37

    Bon vent...

    Avant de diriger la Banque d'Angleterre, Marc Carney était le chef de la Banque du Canada. Régulièrement, il nous mettait en garde contre la hausse des taux d'intérêt.Ces avertissements durent depuis trop longtemps. Les consommateurs n'y croient plus.

    De toute façon, comme les conséquences désagréables dont vous parlez seraient provoquées par une décision de la Banque Centrale, qu'est-ce qui l'empêcherait d'en changer?

  • Pierre Raymond - Abonné 5 juillet 2017 09 h 19

    L'équation.

    « ...il faut s’attendre à ce que le service de la dette des ménages accapare une portion du revenu disponible plus importante que jamais par le passé. » L.R. Sansfaçon

    Et si notre bon gouvernement légiférait pour limiter les taux d'intérêt souvent prohibitifs sur le crédit à la consommation ?

    On laisse flotter le dollar pour vendre au moindre coût aux Étatsuniens et on laisse les MasterCard et Visa charger 25%, 27% ou 30% selon...

    Avec un dollar faible il faut travailler plus fort et avec des taux d'intérêt prohibitifs il faut travailler encore plus fort alors... le bon peuple n'a plus le temps de s'occuper des la santé défaillante de la démocratie dans notre beau pays.

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 6 juillet 2017 08 h 03

    Pourquoi les banques se plaignent ?

    1er para. du texte ci-dessus:
    Avec un taux de chômage de 6 %, soit le plus bas depuis 1976, le Québec se rapproche d’une situation de plein-emploi. Dans le reste du Canada, la situation est aussi enviable.

    2e para. du texte ci-dessus:
    La faiblesse du dollar canadien explique en partie la bonne performance de l’économie canadienne fortement axée sur l’exportation.

    4e para. du même texte
    Cela dit, tout n’est pas rose : le Canada et le Québec tirent de l’arrière en matière de gains de productivité et d’investissements des entreprises,

    Expliquez-moi quéqu'un;
    Tout le monde travaille et les gains en productivité et investissements des entreprises tirent de l'arrière ??

    Les familles s'endettent, consomment, font leurs paiements, les exportations sont aux mieux et l'on augmente les taux d'intérêt. Pourquoi ?
    Ne serait-ce que les banques veulent augmenter leurs revenus ?
    Encore un petit peu plus ? À combien plus ils veulent aller ? (Ok pour le contrôle des emprunts, mais pas plus)
    Les Panama papers ne suffisent pas ? Ce qu'ils ne paient pas en impôt devrait compenser pour un petit manque a gagner, non?
    Et leurs fraudes pourraient servir au petit monde qui en a plus besoin qu'eux.